×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

La RAM met le cap sur le marché intérieur

Par L'Economiste | Edition N°:1925 Le 27/12/2004 | Partager

. Une révision complète de la grille tarifaire . Nouvelles liaisons: Istanbul, Douala et Séville dès l’été 2005. Une trésorerie de 800 millions de dirhams en 2004C’est un Mohamed Berrada serein que la presse nationale a rencontré, jeudi dernier, lors d’une conférence de presse destinée à présenter les résultats de la compagnie pour l’exercice 2003-2004 clos le 31 octobre. Et pour cause. Les indicateurs de Royal Air Maroc sont au vert. Le chiffre d’affaires a progressé de 11,61%, s’établissant ainsi à 7,7 milliards de dirhams et le résultat net à 250 millions de dirhams. L’excédent de trésorerie pour ce dernier exercice est de 8001 millions de dirhams, “ce qui nous permet de faire face aux crises”, estime Berrada. Le trafic régulier (3,7 millions de passagers) s’est amélioré de 14% avec toutefois des disparités en fonction des marchés. L’Afrique enregistre le taux le plus élevé, atteignant 35% de progression. Ce taux devrait atteindre 50% en janvier 2005. Le trafic sur l’Europe a pour sa part enregistré une augmentation de 19% et celui sur la France 18%. Ce sont le Maghreb et l’intérieur du Maroc qui connaissent les taux de progression les moins élevés, respectivement 9% et 11%. “Malgré une conjoncture internationale défavorable au développement du transport aérien, la RAM a pu maintenir le niveau de ses investissements et de ses effectifs”, explique le président-directeur général. Le montant de l’investissement pour l’exercice écoulé s’est élevé à 1,9 milliard de dirhams, notamment dans l’acquisition de nouveaux appareils de type Airbus. Deux Boeing 737 devraient être livrés au cours du premier trimestre 2005. “Le maintien des programmes initiaux de livraison est une véritable performance à l’heure où l’on assiste à l’effondrement de nombreuses compagnies aériennes à travers le monde”, ajoute Berrada. Mais un des faits marquants du dernier exercice aura incontestablement été la création de Atlas Blue. Avec six avions, cette compagnie (filiale de Royal Air Maroc) démarre avec un trafic de près d’un million de passagers. “Il s’agit d’un changement de stratégie pour notre compagnie, explique le président, puisque l’ensemble de l’activité charter lui est transféré”. Ce transfert s’est traduit par un manque à gagner de 900 millions de dirhams pour la maison mère, correspondant au chiffre d’affaires généré par l’activité charter. “Un des défis majeurs consiste donc à développer les lignes régulières pour combler ce manque à gagner”, explique-t-il. Le marché africain et le marché intérieur constituent les principaux segments que la compagnie entend explorer. “L’Afrique dispose d’un énorme potentiel, la majeure partie des compagnies africaines ayant fait faillite. Air France est actuellement un des rares transporteurs à desservir les principales capitales du continent, avec la RAM”, ajoute-t-il. Le trafic sur l’Afrique a connu pour le seul mois de novembre 2004 une progression de 45%. Celle-ci devrait s’accroître davantage puisque les prévisions tablent sur 50% en janvier. Pour booster le trafic intérieur, RAM met en place dès ce lundi 27 décembre une nouvelle grille tarifaire avec des baisses allant de 30 à 50%. L’objectif est de “démocratiser l’avion en tant que moyen de transport”. Le réseau intérieur compte 700.000 passagers annuels, dont 70% de touristes européens et 30% de passagers nationaux qui se déplacent entre les villes. Parmi cette dernière catégorie, 80% sont des hommes d’affaires et 20% à peine des touristes nationaux. “Il s’agit de proposer à cette clientèle une offre tarifaire attractive, simple et homogène”, explique Hassan Hihi, directeur général adjoint commercial. Les prix ont ainsi été revus à la baisse pour l’ensemble des destinations marocaines. De nouvelles lignes aussi bien intérieures qu’européennes vont voir le jour. Casablanca-Douala (Cameroun) et Casablanca-Istanbul seront opérationnelles l’été prochain. “2005 est une année charnière pour la RAM” tient à souligner Berrada. Une année après la libéralisation du transport aérien,“une politique gouvernementale que nous soutenons”, précise le PDG,l’heure ne semble pas être à l’inquiétude. Mais beaucoup de changements interviendront tout au long du prochain exercice, lorsque la concurrence sera totale. Pour l’instant, la compagnie est encore protégée sur son hub de Casablanca au départ du marché français .


85 nouvelles liaisons en 2004

- 2% du chiffre d’affaires de la compagnie est réalisé via le Net. A titre de comparaison, ce chiffre est de 4,5% pour Air France.- 85 nouvelles liaisons, dont la moitié point à point, ont vu le jour durant l’exercice 2003-2004.- Certaines lignes sont structurellement déficitaires. C’est le cas des liaisons sur l’Allemagne. Les pertes pour le marché intérieur se sont élevées à 80 millions de dirhams. Sur l’Amérique du Nord, RAM a enregistré des pertes de 30 millions de dirhams en 2004 et autant pour le Moyen-Orient.- Les vols sur New York et Montréal pourraient devenir quotidiens toute l’année. La réflexion est en cours.- La filialisation d’Atlas Cargo est validée par le Conseil d’administration tenu jeudi 23 décembre.Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc