×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Agadir: Des renforts de police dès janvier

Par L'Economiste | Edition N°:1919 Le 17/12/2004 | Partager

. Des GUS y seront affectés pour renforcer les patrouilles mobiles mises en place. La ville comptera bientôt une vingtaine de postes de police de proximité A l’instar de Casablanca, Rabat, Marrakech et Kénitra, la capitale du Souss disposera de Groupes urbains de sécurité (GUS) dès le mois de janvier prochain. Une équipe qui viendra renforcer le travail entrepris par les patrouilles mobiles mises en place aux endroits stratégiques de la cité. La démarche vise à améliorer les relations entre les citoyens et les services de police à travers une présence permanente en assurant une intervention rapide et efficace. Dans cet objectif, des postes de police de proximité sont en cours de construction dans plusieurs villes de la région. Agadir, à elle seule, en comptera d’ici peu une vingtaine répartis à travers toute la cité. Au total, le champ d’action de la préfecture de police qui s’étend d’Agadir à Sidi Ifni comptera une soixantaine de postes de police de proximité. Dans cette zone d’action, deux commissariats de circonscription sont également prévus respectivement à Oulad Teima et Tikiouine. Pour Abdallah Mountassir, préfet de police d’Agadir qui, dès sa nomination il y a près d’une année dans la ville, a œuvré pour donner une nouvelle image de la police au service du citoyen, ce dispositif n’a pas pour raison un phénomène d’insécurité dans la ville d’Agadir. Selon lui, la station balnéaire n’est pas marquée par une grande criminalité, mais par ce qu’il appelle “des nuisances”. Dans cette catégorie, le patron de la police d’Agadir classe la petite délinquance, la prostitution, l’ivresse, les agressions et les vols à l’arraché. Le nombre de ces deux dernières infractions a baissé de 70% dans la ville depuis l’existence de la brigade motorisée mobile. Outre combattre tous ces fléaux, le préfet veut également enrayer le phénomène de la location d’appartements et maisons à des fins illicites, notamment la prostitution. Mettre de l’ordre dans le secteur de la restauration fait aussi partie de ses préoccupations. Une opération permanente qu’il mène avec d’autres intervenants tous réunis dans une commission préfectorale. Abdellah Mountassir qui a à son actif vingt-quatre ans de service, veut plutôt améliorer à travers ces actions l’image d’Agadir. Avant d’y être nommé à la tête de la préfecture de police, il a occupé le poste de Chef de la sûreté tout d’abord à Mohammédia, avant d’exercer la même fonction au niveau des préfectures de Derb Soltane El Fida et Aïn Sebaâ Hay Mohammadi. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc