×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

40 étudiants de Harvard en visite d'étude au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:463 Le 15/03/1999 | Partager

Le MENA Club (Middle East and North Africa) de Harvard Business School a promené au Maroc, pendant une petite semaine, une quarantaine d'étudiants de la prestigieuse école américaine. L'opération a été montée par les deux co-présidents du Club qui sont Melle Zineb Guessous (la fille de M. Azzedine Guessous, ancien ministre et actuel président de la CIMR) et M. Ismaïl Douiri (le fils de M. M'Ahmed Douiri, ancien ministre lui aussi). Le voyage a été sponsorisé par l'OCP, la RAM et la banque d'affaires CFG, où travaillait M. Douiri, avant d'aller finir ses études à Harvard. L'ONDA a aussi prêté un concours technique à l'organisation.
C'est la deuxième fois qu'un tel voyage est organisé. Mais cette année, il y avait moins de participants que l'année dernière "pour simplifier l'organisation", explique M. Douiri.
Les 46 étudiants ont fait un peu de tourisme mais surtout ont découvert le Maroc économique et politique, y compris dans ses ambiguïtés et ses dualités.
"L'objectif était de montrer à des jeunes de toutes nationalités et destinés à devenir membres de l'élite de leur pays, la place du Maroc dans la région et les enjeux de la transition économique et politique en cours ici", souligne M. Ismaïl Douiri.

Ainsi, après avoir campé une nuit à la belle étoile, le groupe d'étudiants qui comprenait pour moitié des Américains, a fait la tournée des pôles économiques en mouvements. Il s'agit de l'OCP (M. Mourad Chérif), de l'Agence nationale de Régulation des Télécommunications (M. Mustapha Terrab), de la BMCE (MM. Jalloul Ayad et Brahim Bengelloun-Touimi) et de la banque d'affaires, CFG (MM. Amyn Alami et Adil Douiri).
"Côté touristique, c'est sûr, mes condisciples ont l'intention de revenir", commente M. Ismaïl Douiri. Pour ce qui est de la compréhension de la société marocaine, c'est un peu plus compliqué parce que le Maroc est compliqué. "Ils ont bien vu la dualité dans laquelle vit le Maroc, je pense qu'ils ont saisi les enjeux, en tout cas, le groupe a vu qu'il y avait au Maroc une forte volonté de faire face aux chocs de la mondialisation". "Et qu'il y a des hommes capables de pousser efficacement dans le sens de la modernisation", ajoute-t-il.

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc