×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

SolutechQ99, le salon de la qualité a tenu ses promesses

Par L'Economiste | Edition N°:463 Le 15/03/1999 | Partager

· Le premier salon de la qualité a accueilli plus de 3.000 personnes

· La démarche qualité nécessite notamment l'innovation technologique, l'adhésion du personnel et
l'engagement de la direction

· Près d'une trentaine d'entreprises certifiées au Maroc

La première édition de SolutechQ99, le salon de la qualité organisé à Casablanca du 11 au 13 mars a sédui. Les organisateurs parlent d'une véritable réussite. Le nombre de visiteurs a en effet dépassé la barre des 3.000 âmes. Une affluence à laquelle personne ne s'attendait. Certains parlent de surfréquentation. "Cela démontre l'intérêt croissant des sociétés marocaines en matière de qualité", a souligné un exposant.

Certification


En effet, dans un contexte de mondialisation des échanges, la zone de libre-échange et l'ouverture croissante des marchés, les entreprises nationales sont acculées à s'interroger sur les mesures à prendre pour affirmer leur compétitivité.
Ainsi, le salon a constitué une plate-forme d'échanges entre décideurs et acteurs de la qualité. Les entreprises présentes ont pu s'informer sur les derniers outils et solutions nécessaires en matière de certification.
"Ces outils permettront d'appréhender l'importance d'une démarche qualité, de sa concrétisation et de ses implications", a souligné M. Ahmed Hakimi, directeur général du LPEE. Selon lui, les entreprises et les administrations marocaines du 21ème siècle doivent s'y investir, l'intégrer et s'impliquer dans la bataille de la qualité. Mais comment réussir une telle démarche?
La solution proposée par les cabinets de conseil consiste à réunir un ensemble d'outils. Il s'agit notamment de l'innovation technologique, de l'adhésion du personnel et de l'engagement de la direction. "Ces mesures sont de nature à rattraper le retard cumulé en matière de qualité et par conséquent de certification", a souligné un exposant.

Animation


En effet, alors que l'Italie, par exemple, compte 18.000 entreprises certifiées, ce nombre au Maroc ne dépasse pas la trentaine, a indiqué M. Aziz Bouslikhane, PDG de Centaure, cabinet de conseil et de formation. Il espère que ce chiffre sera doublé d'ici fin 1999. Avis partagé par d'autres cabinets de conseil.
"Ce souci de certification n'est toutefois pas une fin en soi", a souligné M. Salim Berbache, consultant à Ucotra, cabinet conseil. Selon lui, cette démarche n'est qu'une reconnaissance officielle du travail qui a été accompli, mais le plus important consiste en l'amélioration continu du management de l'entreprise. Ce point a été largement analysé lors des conférences programmées dans le cadre du salon. Différents thèmes ont été ainsi discutés. Il s'agit notamment de "l'évolution des normes à l'horizon de l'an 2000", de "la qualité dans le secteur de l'industrie et des services" et de "la qualité et environnement".

Adil BOUKHIMA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc