×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Télécoms: Le secteur résilient, mais pas indemne

Par Franck FAGNON | Edition N°:5847 Le 21/09/2020 | Partager
Les revenus issus des clients professionnels et de l'activité roaming parmi les plus touchés
Ces effets négatifs sont contrebalancés par l'explosion du trafic data

La paralysie du trafic aérien due à la crise sanitaire n'affecte pas que les opérateurs touristiques qui sont les plus exposés en raison de la chute du nombre de touristes. Les avions cloués au sol se traduisent aussi dans les comptes des opérateurs télécoms par une chute des revenus de l'activité roaming. Bien qu'il soit régulièrement classé parmi les gagnants de la crise, le secteur des télécommunications ne manquera pas d'être impacté par la crise.

orange-047.jpg

La région Afrique et Moyen-Orient est la plus dynamique dans le portefeuille du groupe Orange. Cela s'explique aussi par un effet de rattrapage. Le groupe a installé son QG régional à Casablanca depuis janvier
(Ph. F. Alnasser)

«L'économie des télécoms est certes plus résiliente que d'autres, la crise impacte différents pans de l'activité. Nous restons sur une dynamique de croissance, mais elle sera moins forte que celle qu'on aurait pu attendre», confie à L'Economiste, Jérôme Hénique, directeur général adjoint Orange Afrique et Moyen-Orient. Le groupe télécom a érigé son siège régional à Casablanca depuis janvier (cf. L'Economiste N°5673 du 10 janvier 2020).

La contraction de l'activité dans la plupart des pays et la hausse des défaillances d'entreprises pénalisent les revenus issus des clients professionnels. «Nous dépendons de la conjoncture de nos clients entreprises. Lorsque le tissu économique d'un pays est touché, les dépenses télécoms des entreprises s'en ressentent», soutient Jérôme Hénique.

Par ailleurs, la structure du segment mobile sur le marché des particuliers est aussi sensible à la conjoncture. Les recharges prépayées représentent environ 90% du chiffre d'affaires mobile dans la région. Le confinement et les restrictions de déplacement dans plusieurs pays pénalisent le pouvoir d'achat des ménages et, par ailleurs, compliquent l'accès à la recharge.

«Nous avons très peu d'abonnements postpayés dans ces marchés. Le Maroc est le seul où le postpayé est plus fortement développé», note le directeur général adjoint d’Orange Afrique et Moyen-Orient. Ces effets négatifs sont tout de même atténués par l'explosion du trafic data suite à l'augmentation du temps passé à la maison et à la généralisation du télétravail durant le confinement. Il y a eu une accélération des ventes de fibre optique ou d'accès à internet sur les mois d'avril et mai, relève le dirigeant d'Orange.

F.Fa

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc