×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Réforme de la Santé: Le Parlement à la rescousse

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5838 Le 08/09/2020 | Partager
Des propositions sur la table avant fin décembre
Objectif: Accompagner le chantier de la protection sociale

Sur les grands dossiers stratégiques, Habib El Malki fait preuve de réactivité. Après la conférence sur le système bancaire ayant abouti au programme Intelaka pour les jeunes, le président de la Chambre des représentants récidive.

Cette fois-ci, il a mis en place un groupe de travail thématique, chargé de la réforme de la législation du système de santé. Il s’agit d’accompagner le grand chantier royal relatif à la généralisation de la protection sociale qui doit démarrer en janvier prochain.

C’est dans cet esprit que Habib El Malki a convoqué une première réunion la semaine dernière, avec les membres du bureau de la Chambre et les chefs de groupe parlementaires. L’ordre du jour de cette rencontre s’est attaché à la définition des missions et à la méthodologie de travail pour conduire ce grand chantier. Tout doit être terminé avant la fin de décembre prochain.

■ La carte sanitaire au cœur du dispositif

sante-1-038.jpg

Le président a insisté sur l’importance des législations de la santé comme l’une des principales entrées de la réforme. Son amélioration est considérée comme une doléance urgente des opérateurs du secteur de la santé, au niveau notamment de la loi-cadre, la pratique professionnelle, la couverture médicale et les professions paramédicales. Au cours de cette réunion, les membres du groupe de travail ont déroulé les initiatives prises sous forme de propositions de loi. Elles se rapportent notamment à l’accès aux soins, la couverture médicale, les ressources humaines, la carte sanitaire avec des disparités géographiques et sociales. Il s’agira de réorienter les efforts en matière d’infrastructures de soins vers les régions enclavées. En outre, une autre initiative vise la création d’un conseil national consultatif de la santé, prévu par la loi-cadre.
 
■ Auditions des professionnels

sante-2-038.jpg

Les participants à cette réunion ont rappelé que le but de ce groupe de travail est d’établir un diagnostic détaillé du système, l’identification des dysfonctionnements, tout en jetant les projecteurs sur les problématiques de l’heure et les besoins législatifs. Pour y arriver, ils ont opté pour une méthodologie originale: organiser des séances d’auditions des principaux acteurs du système de santé.  Il s’agit de sessions catégorielles, selon les thèmes abordés.  

■ Un programme d'actions arrêté
Dans le cadre de l’organisation du groupe de travail, les députés ont fixé les objectifs stratégiques à travers plusieurs axes dont l’un porte sur le volet législatif. L’autre est d’ordre matériel avec les infrastructures de base, les ressources humaines et les déficits enregistrés. Un 3e axe porte sur la réalisation de l’équité spatiale dans l’accès aux soins. La gouvernance n’est pas en reste. Elle s’attache à la gestion des programmes relatifs au secteur de la santé. Le groupe de travail a établi un programme d’actions, avec un calendrier. Ainsi, la première journée d’études est prévue avant le 25 octobre, la 2e, la dernière semaine de novembre, … sachant que la dernière rencontre aura lieu fin décembre.

■ Des propositions pratiques pour boucler le chantier
Les auditions seront complétées par l’organisation de journées d’études selon quatre thématiques dont la première concerne la couverture médicale universelle. La deuxième rencontre porte sur la pratique professionnelle dans les secteurs public et privé. La présence des représentants des professions médicales et paramédicales est très recommandée. La 3e journée d’études se focalisera sur les infrastructures de base et la carte sanitaire. La participation des représentants des ministères intervenants dans le secteur, les professionnels, la société civile est aussi prévue. La dernière  rencontre prévoit la présence du gouvernement, particulièrement les ministères concernés par ce chantier. A cela s’ajoute la participation des membres du bureau de la Chambre, des chefs de groupes parlementaires et des présidents des commissions permanentes. Le but est de présenter l’initiative dans le domaine de la santé et de valoriser l’effort parlementaire.

                                                                          

AMO, allocations familiales…

sante-3-038.jpg

L'action du groupe de travail s’inscrit dans le cadre des dispositions du règlement intérieur de la Chambre des représentants. Sa mise en place répond à une actualité: le secteur de la santé occupe les devants de la scène dans l’agenda de l’Etat et des établissements concernés.

Le président de la Chambre a remis sur le tapis la vision royale sur la nécessité de réforme du système de santé et de l’intérêt accordé à la protection sociale. Le ministère des Finances dispose déjà d'un échéancier de mise en œuvre.

En effet, le déploiement de cette réforme se fera de manière progressive, sur une période de 5 ans, en deux phases. La première étape 2021-2023 servira à généraliser l’AMO et les allocations familiales, avec la disparition du Ramed. Quant à la deuxième étape 2024-2025, il s’attaquera à la généralisation de la retraite et de l’indemnité pour perte d’emploi au profit de la population active

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc