×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Le Maroc anticipe la crise du blé

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5755 Le 06/05/2020 | Partager
La commercialisation de la production locale n’impactera pas l’import
Engagement des opérateurs à garantir un stock couvrant 4,5 mois de besoins
Le prix de référence fixé à 280 DH/quintal rendu moulin

Le gouvernement anticipe la crise du blé. Pour la première fois il ne décrète  ni l’arrêt des importations ni le rétablissement de droits de douane pour protéger la production locale du blé tendre. Mieux, le gouvernement accède à une vieille doléance des opérateurs: leur engagement d’acheter la totalité de la récolte mise sur le marché.

En contrepartie, la liberté d’entreprendre et de saisir les opportunités du marché international. C’est l’option adoptée pour la commercialisation de l’actuelle récolte du blé tendre. Celle-ci ayant fait l’objet, le 20 avril dernier, d’une réunion du ministère de l’Agriculture avec les professions concernées.

tendance-ble-055.jpg

Le blé tendre est la céréale la plus consommée au Maroc. Quelle que soit le niveau de production, l’import porte annuellement sur 60 à 70% des besoins d’écrasement des minoteries

Mais la teneur n’en a été annoncée qu’en début de semaine. Probablement, la décision a été forcée par les changements attendus, suite à la volonté russe de suspendre ses exportations des céréales jusqu’au mois de juillet prochain.   

Selon le communiqué publié à cet effet par la tutelle, «le débat a concerné le suivi de l’approvisionnement régulier en céréales et en farines ainsi que la  commercialisation de la production locale du blé tendre. Les opérateurs ont exprimé leur engagement ferme pour assurer la collecte et garantir en permanence le stock de céréales, permettant de couvrir au moins 4,5 mois des besoins de consommation.

De son côté, le gouvernement s’engage à mettre en place un régime de commercialisation incitatif afin de favoriser la collecte de la production nationale à des prix rémunérateurs pour les producteurs de blé tendre.

Pour la campagne agricole 2019-2020, le prix de référence cible est fixé à 280 DH/quintal rendu moulin, pour une qualité standard. Il peut être majoré ou minoré selon les paramètres de qualité. S’ajoute, une subvention de 5DH/quintal pour les volumes de blé achetés durant la période allant du 1er juin au 31 juillet 2020. Il en est de même pour la prime de magasinage (2 DH/quintal par quinzaine) octroyée aux organismes stockeurs sur la même période. Cette prime restera en vigueur pendant la période de stockage fixée jusqu’au 31 décembre 2020 avec option d’un dégressif de 7% à partir de fin septembre.

Pour l’approvisionnement des minoteries en blé tendre destiné aux farines subventionnées, le système d’appels d’offres sera reconduit. Les premiers appels d’offres de l’année seront réservés exclusivement à la récolte nationale. Par ailleurs, la suspension des droits de douane sera prorogée au-delà du 15 juin 2020 afin de maintenir le prix de revient d’importation à un niveau compétitif.

Pour le moment, le marché des céréales ne semble pas encore avoir subi les contrecoups de la décision russe de geler ses exportations. Par contre, des pertes ont été enregistrées par le marché européen dans le sillage des places américaines en perdition. En cause, les craintes d’une nouvelle guerre commerciale sino-américaine.

Les prix de la nouvelle campagne du blé sont par ailleurs tirés vers le bas par les pluies généreuses qui touchent actuellement l’Europe et la mer Noire. L’état des cultures chez les grands producteurs est toutefois sous étroite surveillance, avec des notations de blé et d’orge qui restent historiquement basses en France selon France-Agri-Mer.

Sur l’ancienne campagne, l’Europe demeure très active à l’international. La Commission européenne a en effet augmenté son cumul d’export à 28,8 millions de tonnes, soit un bond de près de 11 millions par rapport à la campagne précédente.

A.G.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc