×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Finances publiques: 1,5 milliard de DH de déficit dès janvier

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5698 Le 14/02/2020 | Partager
    Les dépenses de fonctionnement tirées par les salaires
    12,1 milliards de DH d’investissement

    C’est sur une note plutôt négative que  démarre l’année: le déficit budgétaire à fin janvier s’établit à 1,5 milliard de DH contre 138 millions de DH un an auparavant. Le premier mois de l’année est marqué par une hausse des dépenses: 17,3%. Elles sont tirées par les charges de fonctionnement: 22,5 milliards de DH dont 12,6 milliards  de salaires.

    Les dépenses du personnel ont pris 39,7% sous l’effet de l’augmentation structurelle de la masse salariale de 18,1%. Les dépenses de fonctionnement sont également marquées par l’accroissement de 162,8% des remboursements et restitutions fiscaux: 491 millions de DH sur une prévision de 8,1 milliards de DH. Au 31 décembre 2019, les arriérés de remboursement de la TVA et les demandes de restitution de l’IS ont atteint respectivement 41,2 milliards et 4,1 milliards de DH.

    Pour cette année, l’investissement du budget général démarre avec 12,1 milliards de DH sur une prévision de 78,2 milliards de DH. Le montant engagé à fin janvier est en retrait de 2% comparativement à la même période de l’année dernière en raison du recul des dépenses des ministères et des charges communes. Les recettes, en hausse de 6,5%, se caractérisent par une augmentation de 8,5% des rentrées fiscales. 

    finances-publiques-098.jpg

    A fin janvier 2020, les recettes de la TVA ont atteint  6,4 milliards de DH. La TVA à l’intérieur et à l’import sont respectivement sur des hausses de 4,2% et 40,5%

    Les recettes non fiscales se sont établies à 398 millions de DH en retrait de 45% en raison notamment de la diminution de la redevance gazoduc et des recettes de monopole. Les droits de douane ont atteint 795 millions de DH contre 576 millions un an auparavant. Les recettes provenant de la TVA à l’importation se sont établies à 3,2 milliards de DH en hausse de 2,3%. A ce niveau la TVA sur les produits énergétiques a progressé de 22% et celle sur les autres produits de 45,2% .

    Pour sa part la TIC sur les produits énergétiques a atteint 1,35 milliard de DH enregistrant ainsi une augmentation de 19%. Les recettes de l’IS sont en hausse de 11% alors que l’IR a pris 2,2%. Ces deux impôts ont généré respectivement 1,7 milliard et 4,6 milliards de DH. L’IR sur les profits immobiliers a du mal à renouer avec la hausse. Elle reste sur la même tendance baissière observée l’année dernière.

    A fin janvier, elle a baissé de 2,7%. La TVA à l’intérieur a atteint 3,1 milliards de DH en progression de 4,2% comparativement à janvier 2019. Ce chiffre  tient compte du remboursement de 440 millions de DH contre 160 millions un an auparavant.

    Quant aux droits d’enregistrement et de timbre, ils sont en hausse de 21,9%: 3,2 milliards de DH à fin janvier 2016 contre 2,6 milliards un an auparavant.

    K. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc