×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Armes chimiques en Syrie: Réunion sous haute tension cette semaine

Par L'Economiste | Edition N°:5640 Le 25/11/2019 | Partager
Bras de fer entre la Russie et les puissances occidentales
Moscou menace de bloquer le vote du budget 2020

La Russie et les puissances occidentales se préparent à un nouveau bras de fer cette semaine lors de la réunion annuelle de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). Les enquêteurs s’apprêtent pour la première fois à désigner les responsables d’attaques chimiques en Syrie.

Lors de cette réunion, qui se déroulera de lundi à vendredi, Moscou menace notamment de bloquer le vote du budget 2020 de l’Organisation si celui-ci comprend un financement pour l’équipe d’enquêteurs. Le blocage du budget pourrait poser des problèmes à l’organisation, même si les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni estiment avoir suffisamment d’appui pour qu’il soit adopté à une large majorité.

L’année dernière, la Russie, l’Iran et la Chine avaient conjugué leurs efforts pour tenter de bloquer le budget, malgré tout approuvé par une majorité de 99 votes contre 27. Les diplomates occidentaux espèrent obtenir une majorité encore plus large cette année afin d’afficher un soutien international à l’OIAC.

Malgré de fortes objections de la part de la Syrie et de ses alliés, une majorité des 193 Etats membres avaient voté en juin 2018 en faveur du renforcement des pouvoirs de l’OIAC. Et ce, en l’autorisant à désigner l’auteur d’une attaque chimique et non plus seulement à documenter l’utilisation d’une telle arme.

La Russie avait alors comparé l’organisation (qui a remporté le prix Nobel de la paix en 2013) à un «Titanic en train de couler», l’accusant de devenir trop politisée.

Le premier rapport de l’équipe d’enquêteurs chargée d’identifier les auteurs présumés de ces attaques en Syrie est attendu pour le début de l’année prochaine. Une perspective déjà source de tensions au sein des Etats membres de l’organisation basée à La Haye.

F. Z. T. avec agences

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc