×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5636 Le 19/11/2019 | Partager

    ■ Trois vaches victimes d’un ouragan retrouvées vivantes sur une île!
    Trois vaches emportées en mer par la montée des eaux causée par l'ouragan Dorian en septembre sur la côte est-américaine ont été retrouvées vivantes à des kilomètres de là sur un chapelet d'îles sablonneuses, ont rapporté jeudi les médias locaux. Les trois mammifères ont été récemment découverts par des agents du parc national côtier de Cape Lookout, trois mois après avoir disparu le 6 septembre quand le littoral de l'Etat de Caroline du Nord a été frappé par l'ouragan de catégorie 1. Les trois vaches auraient nagé de 6 à 10 kilomètres en mer avant de remettre le sabot sur... leur plancher, en l'espèce une île formée de dunes et de végétation éparse faisant partie des Outer Banks, a précisé le journal Charlotte Observer. Cette mince bande de sable, formant un chapelet d'îles-barrières, s'étire sur plus de 300 km le long des côtes de Caroline du Nord. Les trois ruminants faisaient partie d'un troupeau vivant en liberté sur un terrain privé d'une presqu'île nommée Cedar island. L'ouragan Dorian y a provoqué un "mini-tsunami" qui a tué une trentaine de chevaux sauvages, dont certains ont également été emportés en mer.
    Les trois vaches ont été identifiées par leur gardien, Woody Hancock. Elles vont probablement se voir administrer un sédatif et être rapatriées par bateau vers leur pâturage d'origine, a indiqué un porte-parole du parc fédéral de Cape Lookout, cité par le Charlotte Observer.

    ■ Un bouc et un tigre meilleurs amis !
    C'était une amitié impossible entre un prédateur et sa proie : en Russie, un bouc qui avait été épargné par un tigre est mort cette semaine, mettant un terme à un "miracle" qui avait captivé le pays. Timour, le bouc, et Amour, le tigre de Sibérie, s'étaient rencontrés fin 2015 alors que le premier devait servir de repas au second. Mais contre toute attente, les deux animaux s'étaient liés d'amitié et avaient commencé à partager leur vie. Avant que leur relation ne se dégrade. «Le coeur de Timour s'est arrêté le 5 novembre», a confirmé à l'AFP Dmitri Mezetsev, le directeur d'un parc animalier dans la région de Vladivostok, en Extrême-Orient, où vivait l'animal. Âgé d'environ cinq ans, Timour n'avait montré aucune peur lorsqu'il avait été introduit dans la cage du tigre il y a quatre ans. Ce courage, face à une mort presque certaine, expliquerait la réaction du tigre, selon ses soigneurs. Timour et Amour devinrent ensuite inséparables. Ils mangeaient, jouaient et dormaient ensemble. Le félin entreprit même d'apprendre au bouc à chasser. A l'époque, le directeur Dmitri Mezetsev, spécialiste des tigres et des léopards, comparait cette relation à un "miracle" et à un appel à l'amour "venu d'en haut". Leur amitié se dégrada néanmoins quand le bouc commença à taquiner de plus en plus son compagnon à rayures. Dmitri Mezetsev raconte que Timour "harcela" Amour pendant près d'un mois. En janvier 2016, après avoir été piétiné par Timour, le tigre le repoussa violemment, le faisant tomber d'une colline. Après cet incident, la santé du bouc, désormais séparé d'Amour, se dégrada progressivement. Il fut emmené à Moscou, à 9.000 kilomètres de là, pour être soigné, mais ne se remit jamais complètement de ses blessures. Si bien que les soigneurs estiment que sa mort est le résultat de l'altercation.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc