×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    L’institut de formation ferroviaire ouvre ses perspectives

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5619 Le 22/10/2019 | Partager
    Un programme de formation continue concernant les diffé­rents métiers du rail
    En plus des cheminots ONCF et SNCF, la porte est ouverte aux stagiaires africains
    karim_eddine_chennouf_019.jpg

    Karim Eddine Chennouf, président du Directoire de l’IFF (Ph. IFF)

    - L’Economiste: Après avoir formé le personnel pour la LGV, quelles sont les missions assignées aujourd’hui à l’institut de formation ferroviaire?
    - Karim Eddine Chennouf:
    Il est vrai qu’à l’origine, la création de l’IFF en 2015 (partenariat ONCF/SNCF) a été mo­tivée par la formation du personnel pour la Ligne grande vitesse (LGV), dans la perspective de l’entrée en service du train Al Boraq. Toutefois, d’autres missions lui ont également été assignées. L’objectif est de rehausser le niveau de formation et d’encadrement à l’ONCF et à la SNCF, et de s’ouvrir sur l’international.

    - Sur quels champs porte le pro­gramme de formation?
    - Le champ d’action de l’IFF est axé sur la formation continue dispensée d’une manière professionnelle selon les stan­dards pédagogiques européens. L’enca­drement est assuré par une centaine de formateurs qui sont des experts en mé­tier ferroviaire de la SNCF, de l’ONCF ainsi que de formateurs exerçant dans les grandes écoles et universités et cabinets de formation. En général, les sessions de formation sont d’une durée limitée ne dépassant pas trois semaines portant sur une thématique en relation avec les mé­tiers ferroviaires comme ceux en rapport avec l’infrastructure, la maintenance et la conduite des trains. Pour ce faire, l’IFF est doté d’outils pédagogiques perfor­mants tels que le simulateur de conduite de dernière génération qui nous a permis de former les conducteurs du train Al Boraq.
    Depuis son ouverture, il y a près de 4 ans, l’IFF accueille chaque année près de 6.000 stagiaires dont 5% venus de pays d’Afrique, le reste réparti à raison de 1/3 de SNCF et 2/3 de l’ONCF.

    - Quelle place est accordée à la re­cherche dans les activités de l’IFF?
    - L’IFF est implanté au sein du campus de l’École Mohammadia d’Ingénieurs (EMI) dans le cadre d’un partenariat ONCF/EMI. A travers ce par­tenariat, l’ONCF encourage le domaine de recherche dans le secteur ferroviaire en associant des professeurs chercheurs de l’EMI à des sujets de recherche poin­tus dans divers domaines. Ces sujets sont appréhendés dans le cadre de travaux de recherche de doctorants, dont des che­minots, encadrés par des enseignants de l’EMI. Toujours dans le cadre de cette approche de promotion de la recherche, l’ONCF et l’IFF sont partenaires d’un consortium Euro-méditerranéen connu sous le nom de SIGMA RAIL et regrou­pant 8 écoles et universités.

    Propos recueillis par N.E.A.
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc