×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Des tuyaux pour booster l’entrepreneuriat des jeunes

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5502 Le 24/04/2019 | Partager
    L’école TBS s’interroge sur le modèle des startups
    Financement, accompagnement…. Les solutions pour pousser les jeunes à se lancer

    Pointer du doigt les freins du modèle entrepreneurial sous nos latitudes et livrer aux jeunes les solutions pour se lancer. C’est dans cette optique que l’école Toulouse Business School (TBS) a récemment reçu plusieurs experts de haut calibre dans le domaine. Un moyen de sensibiliser le public et les intéressés sur une démarche qui a maintes fois fait ses preuves à l’international.
    Devenir entrepreneur fait en effet aujourd’hui reculer plus d’un jeune au Maroc. La faute à un véritable manque de confiance et à la peur de l’échec, apprend-on. «La jeunesse marocaine est restée câblée sur l’emploi public puis privé. Elle ne croit pas en ses talents et en ses capacités», souligne dans ce sens le PDG du cabinet de conseil People & Company, Jamal Belahrach. Une hésitation grandissante qui s’explique aussi par des croyances «limitées» et souvent faussées. D’autant plus que cette fibre - ayant notamment pour principales qualités l’esprit d’équipe et la créativité -  est de plus en plus demandée en entreprise.
    Pourtant, il existe une panoplie de moyens encourageant la création de startups sous nos cieux. Parmi ces derniers notamment, des formules d’accompagnement personnalisées ainsi que de nouvelles solutions de financement particulièrement avantageuses. «Nos solutions de garantie ont permis de débloquer les deux tiers des crédits accordés par le système bancaire aux entreprises en 2018. Nous sommes un catalyseur de la création d’entreprises», précise ainsi le secrétaire général de la Caisse centrale de garantie (CCG), Taoufik Lahrach. Autre moyen d’action et non des moindres, parvenir à supprimer la peur de l’échec qui représente pourtant la meilleure école pour réussir. «Le Maroc est une terre d’opportunités», révèle ainsi le vice-président de la 13e région MeM, Moulay Rachid Charkaoui.TBS encourage depuis toujours l’entrepreneuriat au Maroc. L’école s’est ainsi dotée en 2018 de son propre incubateur proposant une large palette de services d’accompagnements aussi bien individuels que collectifs. Objectif: aider au lancement des jeunes startups.  Ce business starter, déjà actif sur le campus de Toulouse, sera déployé dès le semestre prochain à Casablanca.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc