×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Croissance au 4e trimestre 2018: Seuls les ménages assument

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5486 Le 02/04/2019 | Partager
    Excepté les services, toutes les autres activités stagnent
    L’industrie peine toujours à compenser
    emploi_pib_086.jpg

    Croissance molle au 4e trimestre 2018. L’arrêté des comptes nationaux sur la période la situe à 2,9% contre 4,4% lors du dernier trimestre de 2017.  Et l’essentiel de cette croissance a été tiré par la consommation finale des ménages, relève le HCP dans sa dernière note sur la situation économique.

    Le recul observé, s’explique pour une grande partie par le net ralentissement du secteur primaire: 2% contre près de 11%. La forte baisse résulte du plongeon de 15,7% de la valeur ajoutée de l’activité de pêche. Alors qu’elle avait enregistré un bond de 16,9%, un an auparavant. Celle du secteur agricole, a progressé de 3,5% au lieu de 13,6% en variation annuelle.

    La même tendance à la baisse est constatée pour le secteur secondaire. En volume, sa croissance est passée de 4,6% au 4e trimestre 2017 à 3,2% à la  même période de l’année écoulée. L’industrie d’extraction et BTP demeurent en tête des activités qui ont accusé les plus fortes baisses. En revanche, l’énergie électrique, l’eau et l’industrie de transformation ont relativement amélioré leurs indicateurs.

    Mais le secteur des services reste de loin le plus performant. En particulier le commerce et les activités financières et assurances. Ils affichent le double de leur croissance  durant le dernier trimestre de 2017. (Voir repères ci-contre).

    Les télécommunications restent aussi en pole position  avec une croissance de 2,7% contre 0,5%, un an auparavant.

    Dans l’ensemble, la valeur ajoutée des activités hors agriculture s’est repliée de 0,3 points de pourcentage à 2,9%. Avec un taux d’inflation qui est resté maîtrisé:1,9% contre 2% une année auparavant.

    La demande intérieure a affiché un taux d’accroissement de 2% durant le 4e trimestre 2018 au lieu de 3,8% durant la même période de l’année précédente, contribuant ainsi pour 2,2 points à la croissance économique. Une contribution qui résulte pour l’essentiel des dépenses des ménages qui ont enregistré une augmentation de 3,9% contre 1,9% en 2017.

    En revanche, l’investissement s’est replié de 1%. Il a ainsi retranché 0,3 point à la croissance alors que sa contribution était positive à hauteur de 2,9 points, un an auparavant. Dans le sillage, les besoins de financement de l’économie se sont accentués.

    En cause, le plongeon de 48,6% des revenus nets reçus du reste du monde, alors qu’ils avaient augmenté du même niveau durant le dernier trimestre 2017. Du coup, le besoin de financement s’est aggravé de moitié à 6,1%  au 4e trimestre 2018.

    Tendance des valeurs ajoutées sectorielles
    (Variation annuelle)

    •  Secteur agricole: 3,5%
    •  Secteur non agricole: 2,9%
    •  Pêche: -15,7%
    •  Industrie de transformation: 3,9%
    •  BTP: 0,4%
    •  Commerce: 4,5%
    • Transports:1,7%
    •  Télécommunications: 2,7%
    •  Activités financières et assurances: 3,9%.

    A.G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc