×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Figuig: Le bio pour relancer l’agriculture solidaire

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4932 Le 05/01/2017 | Partager
    Des expériences pilotes dans la zone de Mengoube
    Une alternative porteuse pour l’agriculture oasienne
    aliment_bio_032.jpg

    Les produits bio sont de plus en plus prisés, ce qui nécessite des approches efficientes pour booster leur productivité  (Ph. A.K)

    Face à la rareté des précipitations qui affecte les terres agricoles des oasis, deux expériences pilotes viennent d’être lancées au niveau de la province de Figuig. Elles consistent en des pratiques biologiques pour préserver la fertilité des terres et faciliter l’adaptabilité des cultures aux changements climatiques. Et valoriser les potentialités économiques de l’oasis de Figuig tout en préservant son patrimoine cultural. Cela permettra aussi d'assurer des emplois permanents pour les jeunes dans le cadre d’une économie sociale et solidaire. «La revalorisation de ces pratiques répond aux attentes du développement durable et alternatif pour encourager la production dans des zones en manque de ressources hydriques. Une approche qui s’inscrit dans le cadre d’un programme d’adaptation aux changements climatiques en cours de réalisation dans la zone oasienne, notamment au niveau de la zone de Mengoube», souligne Jamal Mimouni, représentant de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier à Figuig.

    Les terres cultivables à Mengoube offrent de réelles opportunités pour le développement agricole. Elles bénéficient de leur emplacement sur une terre riche en eau et le savoir-faire de ses agriculteurs. Toutefois, les agriculteurs de cette zone ont besoin d’être regroupés en coopératives ou groupement d’intérêt économique pour bénéficier de l’encadrement adéquat et l’accompagnement nécessaire. Une condition sine qua non pour améliorer la production et percer de nouveaux marchés sur le plan régional et national. C’est ce que préconisent les Offices nationaux de sécurité sanitaire des produits alimentaires et du Conseil agricole ainsi que l’Agence de développement agricole. Reste à harmoniser ces différentes interventions pour assurer un bon encadrement en matière de choix agricoles, amélioration de la rentabilité et commercialisation. Pour le moment, toute la production est destinée à la consommation locale de Figuig. Ce n’est pas ce que souhaitent les petits agriculteurs des oasis qui ambitionnent de commercialiser leurs cultures en dehors de la province. Une attente à laquelle le département de l’Agriculture et le conseil communal de Figuig essaient de répondre en programmant une foire agricole itinérante des produits bio à partir de mars prochain.

    Cette culture concerne les produits maraîchers, menthes et fruits de saison, spécialement les dattes. «Même si les prix sont plus chers que ceux des produits classiques, on arrive à écouler nos produits facilement. L’engouement à ces produits est un facteur stabilisateur et encourageant pour programmer de nouvelles parcelles et de nouvelles cultures», explique Moussa Mharzi, agriculteur.
    De notre correspondant,
    Ali KHARROUBI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc