×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    A la conquête du nouveau monde de Dvořák

    Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4910 Le 02/12/2016 | Partager
    Jean-François Zygel dévoile les secrets de cette œuvre classique majeure
    Le 10 décembre à Casablanca et le 12 à Rabat
    jean-francois_zygel_010.jpg

    Pianiste, auteur, compositeur, improvisateur et pédagogue, Jean-François Zygel animera pour la 3e année consécutive le cycle «A la rencontre d’une œuvre» de l’Orchestre philharmonique du Maroc (Ph. OPM)

    Jean-François Zygel, pianiste, compositeur, improvisateur et pédagogue, est de retour pour la 3e année consécutive dans le cadre de l’un des rendez-vous immanquables de l’Orchestre philharmonique du Maroc (OPM). «A la rencontre d’une œuvre», est plus qu’un simple concert de musique, car au-delà d’apprécier le génie musical de la symphonie qui sera présentée, il s’agit de comprendre sa structure. En effet, Jean-François Zygel qui excelle dans cet exercice grâce à son art de lier le verbe à la musique, explorera et commentera le détail des mouvements de la symphonie interprétée par l’OPM sous la direction du chef d’orchestre Nicolas Brochot. Le public sera ainsi guidé à travers les différents thèmes musicaux, et verra décryptés les procédés quasi théâtraux du compositeur.
    Cette année, Jean-François Zygel se penchera sur une œuvre classique majeure, la Symphonie n°9, dite Symphonie du Nouveau monde de Dvořák. Ecrite en 1893 par le compositeur tchèque lors de son séjour en Amérique où il resta pendant quelques années comme directeur du Conservatoire de New York, cette œuvre se veut l’expression de ses sensations et souvenirs qu’il envoyait à ses proches. Et c’est d’ailleurs la seule de ses compositions, imprégnée du folklore indien et noir américain, qui a beaucoup inspiré l’écriture de la plus célèbre de ses symphonies. «Il me semble que le sol américain aura un effet bénéfique sur mes pensées, et je dirais presque que vous entendrez déjà quelque chose de cela dans cette nouvelle symphonie», écrit-il en 1893 à un ami. Cette symphonie a été en partie inspirée par le poème de Hiawatha de Longfellow (une des légendes amérindiennes les plus répandues), précisément par les passages de danses (noces de Hiawatha) et de funérailles dans la forêt. Dvořák est un des derniers compositeurs à avoir écrit des symphonies dans leur forme traditionnelle, le XIXe siècle ayant été marqué par le poème symphonique (œuvre symphonique qui se base sur une histoire ou un conte en un seul mouvement).
    Trois concerts seront donnés les vendredi 9 (gala), samedi 10 (concert public) à Casablanca et lundi 12 (concert public et gala) à Rabat. En parallèle, Jean-François Zygel donnera un récital d’improvisation pour piano seul à l’Ecole internationale de musique et de danse le dimanche 11 à la capitale. Et comme le veut la tradition, des concerts scolaires auront lieu à Rabat et Casablanca.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc