×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Afrique

    Par Abdelmounaïm DILAMI| Edition N°:4951 Le 01/02/2017 | Partager
    abdelmounaim_dilami.jpg

    Il faut d’abord souligner que le retour du Maroc dans l’Union africaine est le résultat d’une stratégie radicale dans laquelle le Roi s’est engagé personnellement, et même physiquement, moralement et politiquement. C’est un travail audacieux et de longue, de très longue haleine. Il est d’abord fondé sur une vision humaine et économique: améliorer le sort des gens.

    Avec cet objectif, le Maroc prend une place de leader sur le continent. Jusqu’ici, cette place était occupée par l’Algérie et l’Afrique du Sud. Elles y ont développé une vision idéologique, survivante des années 60. Cette survivance n’a évidemment pas de perspective d’enrichissement des gens. Toutes deux avaient réussi à faire de l’Union leur outil de domination. C’est donc au coeur de leur fief que le Maroc a porté et gagné la bataille.
    Le contexte international est en train de changer radicalement et brutalement: le plus grand marqueur est la prise de pouvoir par Trump. De grandes modifications se produisent.
    L’Occident n’est plus  le leader qu’il était. Il entre en décadence: il n’est plus capable d’appliquer les valeurs qui avaient fait sa grandeur. La conséquence en est que le monde devient multipolaire.
    Le jeu pour le reste des acteurs n’en est que plus dangereux, mais aussi plus ouvert.

    Pour le Royaume, il est important de se donner une dimension propre à développer ses ambitions naturelles. Toute l’action économique menée à l’échelle du continent positionne déjà bien le Maroc. Mais ce n’est pas tout. Les engagements religieux, démocratique, politique, humanitaire montrent bien que le Maroc, africain lui-même, table sur le développement de l’Afrique, développement dont il est déjà un acteur entreprenant et efficace. Ses entreprises sont bien enracinées dans leur contexte et participent à un vrai développement local.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc