Entreprises

Le régime de l’auto-entrepreneur séduit

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4930 Le 03/01/2017 | Partager
Plus de 40.000 personnes inscrites sur le registre national au 1er décembre
Le gouvernement veut accélérer la cadence
auto_entrepreneur_030.jpg

Le statut d’auto-entrepreneur suscite l’engouement. Ainsi, au 1er décembre 2016, 40.100 personnes ont demandé à en bénéficier. C’est le bilan communiqué par le ministère de l’Industrie et du Commerce, hier lundi 2 janvier. Le bilan atteint jusqu’à présent représente le double des objectifs du gouvernement. Dans le détail, 85% des auto-entrepreneurs inscrits exercent leurs activités de manière permanente et la moitié travaillent à domicile. L’ensemble du territoire est représenté, mais ce sont les régions de Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kenitra qui prédominent.
La répartition sectorielle des demandes d’inscription indique que les activités commerciales s’accaparent la part du lion avec 45% des enregistrements, suivies des services (27%), de l’industrie (24%) et de l’artisanat (4%). Bien que le gouvernement parle de succès pour une première année, le réservoir des personnes éligibles est beaucoup plus important. Ce qui indique qu’un effort de communication devrait être déployé pour attirer le maximum d’opérateurs.
D’ailleurs, le gouvernement prévoit de faire adhérer 100.000 personnes à ce régime par an à partir de 2017. L’objectif étant de sortir des milliers de personnes opérant dans l’informel, composé aux ¾ d’unités unipersonnelles.
Le régime de l’auto-entrepreneur s’explique par sa souplesse, son cadre fiscal, sa proximité. En effet, les formalités d’adhésion sont simplifiées au maximum. Il suffit de s’inscrire sur une plateforme (http://ae.gov.ma/) qui répond à toutes les questions que se posent les internautes sur le cadre réglementaire et fiscal de l’auto-entrepreneuriat. Le portail permet également d’accomplir toutes les formalités d’inscription et de radiation. La proximité constitue également un avantage du statut. Ainsi, outre Barid Al Maghrib, six banques sont mises à contribution dans le dispositif. Ce qui représente un total de 3.800 guichets quadrillant l’ensemble du territoire et destinés à l’accueil des dossiers d’enregistrement et à la remise des cartes d’auto-entrepreneurs.
Le statut fiscal est un autre atout du dispositif. En effet, celui-ci s’applique aux activités commerciales, industrielles et artisanales dans la limite d’un chiffre d’affaires annuel de 500.000 dirhams encaissé. Pour les prestations de services, il ne doit pas dépasser les 200.000 dirhams par an. Les auto-entrepreneurs ne réalisant aucun chiffre d’affaires pendant une année ne paient pas d’impôt. Celui-ci a été fixé à 1% du chiffre d’affaires pour les activités commerciales, industrielles et artisanales et à 2% pour celles des services.
Un auto-entrepreneur dont le chiffre d’affaires dépasse les plafonds fixés par la réglementation n’est plus éligible à ce statut. Il doit procéder à une demande de radiation pour être imposé selon le droit commun.
Le régime d’auto-entrepreneur comporte un autre avantage de taille. On n’est plus obligé de disposer de son propre local pour exercer puisqu’on peut travailler chez soi. L’auto-entrepreneur n’a pas à déposer une déclaration fiscale auprès des Impôts. Il n’est pas non plus obligé de tenir une comptabilité complexe.
Le statut d’auto-entrepreneur permet de bénéficier d’une couverture sociale complète. Cette population entrera dans le champ d’application des projets de lois déposés par le gouvernement au Parlement sur la couverture des indépendants. Ce qui peut drainer davantage de personnes vers le régime d’auto-entrepreneur.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc