Evénement

L’ONCF mise sur le développement durable

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4899 Le 16/11/2016 | Partager
Le rail, un moyen de transport propre
Il a déjà évité le rejet de 730.000 tonnes équivalent carbone entre 2010 et 2015
L’Office veut passer au 100% électrique éolien pour l’alimentation de ses trains
oncf_developpement_durable_099.jpg

 L’ONCF prépare l’entrée en service commercial du Train à Grande Vitesse dont l’exploitation devra démarrer dès 2018. Son alimentation électrique devra être à 100% d’origine éolienne, ce qui en fera le moyen de transport le plus écologique du pays (Ph. Adam)

Le transport est l’un des plus grands pollueurs. Il contribue pour environ un quart des émissions de CO2 dans le monde, l’essentiel étant à la charge du transport routier. Le ferroviaire fait figure de bon élève. Alors qu’il ne s’accapare que 8% de parts de marché en termes de transport, il n’émet que 3% des gaz à effet de serre de l’ensemble du secteur, selon les statistiques de l’Agence internationale de l’énergie. Des chiffres qui en disent long sur le potentiel de ce type de transport. Le Maroc entend bien exploiter cette niche. A l’horizon 2040, l’ONCF prévoit de se doter d’un important réseau maillé pour couvrir l’ensemble du territoire par la voie ferrée. A ce titre, une cinquantaine de projets nécessitant une enveloppe globale de 386 milliards de DH seront lancés par l’Office. Ils portent sur la couverture de 43 grandes villes dépassant 100.000 habitants au lieu de 23 actuellement, la desserte de 87% de la population marocaine, de 15 aéroports internationaux et de 12 ports, selon l’ONCF. Cela permettra d’augmenter de 5 points la part de marché du rail et de la porter à 13%.
Les retombées seront multiples. A titre d’exemple, sur la période 2010-2015, l’ONCF a transporté 220 millions de voyageurs et 212 millions de tonnes de fret. Ceci a permis d’éviter la circulation de l’équivalent de 100 millions de voitures et 8 millions d’autocars. Au niveau du fret, c’est l’équivalent de 10.000 camions chargés par jour. C’est aussi 25.000 accidents, 1.900 tués et 18.500 blessés. Au niveau environnemental, le ferroviaire a permis au secteur du transport marocain d’éviter le rejet de 730.000 tonnes équivalent carbone de gaz à effet de serre. Une tendance qui se verra boostée dans le futur. L’ONCF vient de lancer un appel d’offres pour alimenter la traction des trains en énergie d’origine éolienne. Les trains de l’ONCF sont alimentés actuellement avec un mix énergétique qui intègre de l’énergie thermique et propre. La finalisation de l’adjudication de cet appel d’offres permettra d’atteindre au moins 50% d’énergie d’origine éolienne à l’horizon 2017. L’objectif à terme est d’atteindre 100%, ce qui placera l’Office parmi les rares au monde à rouler tout au vert.
Les défis sont de taille, la consommation actuelle de l’ONCF est d’environ 240 GWh par an, soit l’équivalent de la consommation d’une ville de taille moyenne.

L’ONCF présente son bilan carbone

L’Office a réalisé son premier bilan carbone. Un bilan éloquent comme en témoignent quelques indicateurs: le niveau d’émission de CO2 du rail représente seulement 0,47% des émissions globales de gaz à effet de serre (GES) du Maroc et 2,6% des émissions du secteur de transport pour une part de marché de 8,5%. Appliqué au passager par kilomètre, ce niveau est 7 fois inférieur à la voiture, 6 fois moins que l’autocar, 2 fois moins que le tramway et 25 fois moins que l’avion. En fin de compte, le ferroviaire a permis d’éviter 70% d’émissions de CO2 (soit 428.000 tonnes de CO2) en assurant le transport de 32 millions de tonnes de marchandises en 2015. Ce bilan constitue pour l’ONCF un premier jalon dans l’identification des gisements de réduction des émissions de GES au regard des engagements pris par notre pays à moyen terme. D’ici à 2020, l’Office s’est fixé comme objectif de réduire de 10% ses émissions de gaz à effet de serre et de 20% sa consommation d’énergie.
De même, l’ONCF s’est engagé dans une démarche d’efficacité énergétique en certifiant, dans une première étape, son siège social ainsi que la gare de Marrakech aux normes ISO 50001 assurant ainsi son autonomie électrique (50%) grâce à l’installation de panneaux photovoltaïques et ce, en plus de la certification de ladite gare ISO 14001. Cette démarche qui a concerné ces deux sites pilotes sera étendue progressivement à d’autres établissements de l’Office.

La SNCF partenaire dans la durabilité aussi

L’Office et la SNCF ont signé le week-end dernier un projet de mémorandum d’entente. Il a été paraphé par le directeur général de l’ONCF Mohamed Rabie Khlie et le secrétaire général de la SNCF Stéphane Volant. Le partenariat reposera sur un travail collectif impliquant des spécialistes du ferroviaire, des universitaires, des chercheurs et des collaborateurs à tous les niveaux des deux entreprises dans le domaine du développement durable comme axe principal. Depuis plusieurs mois déjà, les deux entreprises ont fait du développement durable une ambition commune, avec des échanges sur leurs performances dans ce domaine. Ainsi, ce partenariat vient renforcer une collaboration de longue date entre les deux opérateurs dans le domaine.

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc