×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Normal

    Par Nadia SALAH| Edition N°:4900 Le 17/11/2016 | Partager
    salah_nadia_2015.jpg

    Comment trouver le juste ton? Au Maroc, on a une excellente expertise de l’auto-flagellation. En revanche, quand il s’agit de reconnaître ce qui est bien fait, ou on passe son chemin en faisant mine de n’avoir rien vu ou bien on en fait trop et encore trop, au point que la crédibilité se perd.
    Honnêtement, on ne peut pas ignorer le travail de la COP22. On est tous très fiers. Les couacs, au lieu de déterminer des polémiques hargneuses, produisent des histoires joyeuses.
    Ce comportement est un signe sans équivoque de la fierté, de la profondeur naturelle de cette fierté. L’opération fonctionne si bien que les professionnels de la polémique et de la protestation sont eux aussi entraînés par le mouvement d’ensemble. Ce n’est pas peu dire.
    Marrakech, que l’on présente comme indolente, a été, au contraire, l’exacte réplique de ce qui se dit des Marocains sur le continent: travailleurs acharnés et bien organisés sachant aller vite et bien à leur but. Ce tableau est à l’opposé de l’image locale où un humour féroce professe que nous avons un «génie de l’urgence» parce que nous sommes lents et désordonnés.
    Ceci dit, il y a deux étages dans la réussite de la COP22: le normal et l’exceptionnel.
    L’exceptionnel c’est les 15.000 repas/jour sous les tentes, la trentaine de chefs d’Etat… Cela exige une organisation spéciale, un surplus de force de travail et d’imagination… une tension que l’on ne saurait exiger 365 jours dans l’année.
    Par contre le normal, c’est une ville propre partout, une circulation fluide, une sécurité compétente et sympathique… Pour valoriser le tout, la normalité doit aussi être de la liberté, de l’inventivité et du civisme. Tous les jours de l’année. A Marrakech et partout ailleurs.
    C’est ce qu’il faudra garder et développer de cette COP qui tombe pile sur les 60 ans d’indépendance.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc