×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

ZI Bernoussi-Zénata: Une étude financée par la Banque Mondiale pour économiser l'énergie

Par L'Economiste | Edition N°:626 Le 28/10/1999 | Partager

· Selon un expert français, le potentiel d'économie d'énergie est estimé entre 5 et 30%
· Des questionnaires sont distribués à près de 500 industriels


Izdihar, l'association des opérateurs économiques des zones industrielles de la Préfecture de Sidi Bernoussi-Zénata à Casablanca vient de lancer, conjointement avec le cabinet français IED, une étude sur l'énergie et l'environnement. Financée par la Banque Mondiale, cette étude, dont le coût est gardé secret, devra permettre de dégager le potentiel d'économie d'énergie au niveau de la zone industrielle ainsi que les possibilités de traitement des rejets liquides et solides.
Un expert du bureau d'études parisien IED, M. Hugues le Bars, a effectué une visite au Maroc la semaine dernière pour réunir les informations nécessaires et ce, à travers des questionnaires qu'il distribue aussi. Des contacts directs avec les industriels ont eu lieu afin de les sensibiliser au bien-fondé de l'étude. Selon M. Le Bars, il est possible de réaliser des économies importantes en matière d'énergie. L'expert français estime le potentiel d'économie entre 5 et 30% de la consommation actuelle. Ces économies pourraient améliorer directement la compétitivité des entreprises et une partie pourrait être réinvestie dans d'autres études ou financer des actions de prévention de l'environnement. L'objectif d'ailleurs est de constituer un fonds social et environnemental avec d'autres financements internationaux (Banque Mondiale, Union Européenne, Fonds de l'Environnement Mondial...). Ce fonds contribuerait de même à résorber les problèmes des bidonvillois, de la pollution...à l'évidence dans la ZI.
Dans une première phase, les industriels de la zone (près de 500) devront remplir des questionnaires. Il s'agit d'évaluer leurs consommations d'énergie et d'eau, identifier leurs systèmes d'énergie ainsi que les moyens de traitement de leurs rejets.
"Sur la base des questionnaires remplis, on sélectionnera une quarantaine d'entreprises pour un diagnostic et des audits rapides seront réalisés afin de dégager le potentiel d'économie de l'énergie", explique M. Amine Achour, responsable permanent à l'Association Izdihar. Et d'ajouter que d'autres études suivront et porteront notamment sur l'aspect social, la signalisation et la cartographie de la zone.
La zone industrielle de Sidi Bernoussi veut ainsi se mettre à niveau. Il reste toutefois à améliorer les infrastructures de base, essentiellement les routes, les trottoirs et les parkings. Pour ce faire, est-il souligné, il est nécessaire d'obtenir l'engagement des collectivités locales.

Hicham RAÏQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc