×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

Volkswagen dégraisse

Par L'Economiste | Edition N°:24 Le 09/04/1992 | Partager

Le conducteur automobile allemand Volkswagen, dont l'effectif s'élève à 126.000 salariés en Allemagne et à 260.000 au total dans le monde, va supprimer 2.500 emplois par an en moyenne pendant cinq ans dans ses six usines d'outre-Rhin.
Ce plan de suppressions, qui vient s'ajouter à celui annoncé le 17 Mars dernier par la filiale américaine du groupe, est d'autant plus étonnant que, au mois de Janvier, Daniel Goendevert, numéro deux de Volkswagen, affirmait que la direction n'envisagerait pas de tailler dans ses effectifs.
L'annonce de telles réductions est également frappante en raison des résultats du groupe.
En effet, les ventes consolidées des quatre marques (VW, Audi, Seat et Skoda) se sont élevées à 76,3 milliards de Marks, contre 68,06 milliards, en hausse de 12,1%.
Les bénéfices ont, quant à eux, connu une très légère amélioration atteignant 1,11 milliard de Marks en 1991 contre 1,09 milliard en 1990, en hausse de 1,8%.
Cependant, d'après le journal allemand "Manager Magazin", le bénéfice imposable du groupe aurait reculé à 1,79 milliard de Marks, contre 2,39 milliards en 1990. Un recul que le porte-parole du constructeur a justifié par l'ampleur des investissements consentis pour le lancement des nouveaux modèles, en particulier de celui du golf, ainsi que par les lourdes charges liées à l'ex-Allemagne de l'Est.
Carl Hahn, Président du groupe qui sera remplacé dès Janvier 1993, par Ferdinand Piëch, le petit-fils de Ferdinand Porsche et l'actuel patron d'Audi, a en effet multiplié les axes de développement et ainsi investi quelques 52 milliards de Marks en quatre ans.
Selon le directoire de Volkswagen, par ailleurs, ces suppressions d'emplois sont indispensables pour améliorer la rentabilité et résister à la concurrence japonaise.
La societé, qui opère déjà avec Toyota dans la distribution en Allemagne et au Japon, pourrait envisager une nouvelle alliance avec des constructeurs japonais pour la conquête des marchés de l'Europe de l'Est et la création d'un holding chargé de gérer séparément les activités de chacune des divisions de la compagnie.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc