×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Une chaleur qui coûte cher
Trente hectares en fumée près d'Asilah

Par L'Economiste | Edition N°:1576 Le 06/08/2003 | Partager

. Le feu s'est très vite propagé, canicule et tiges herbacées aidant. L'ONCF a suspendu pendant quelques heures le trafic sur cette zone par mesure de sécuritéAlors que le Maroc fournit son aide aux sapeurs-pompiers portugais, voilà que le feu atteint ses propres forêts. C'est dans la région d'Asilah (Boufrah) qu'un incendie s'est déclenché lundi dernier sans dégâts humains. Mais le bilan est assez lourd en perte forestière. Près de 30 hectares de forêt seraient partis en fumée, selon un responsable d'arrondissement dans la région. Les premières flammes ont été repérées lundi aux environs de 9 heures du matin. Les sapeurs-pompiers ont tenté de maîtriser le feu qui s'est propagé très rapidement, la canicule et les tiges herbacées aidant. Mais fort heureusement, les eucalyptus ont été épargnés. Ces arbres sont connus pour leur résistance au feu. L'extinction de l'incendie a nécessité une journée. Et les dernières flammes ont été maîtrisées à 18h30. Il s'agit probablement d'un incendie provoqué. Mais aucune source officielle ne confirme l'origine du feu. Volontaires ou accidentels, les incendies deviennent fréquents en été. Ils pourraient même perturber certaines activités comme le transport ferroviaire. En effet, l'incendie dans la région d'Asilah n'a pas été sans créer des retards pour certains trains. Celui qui relie Tanger à Casablanca a été contraint de s'arrêter entre Sidi El Yamani et Asilah, tout près d'une halte où s'effectue la correspondance avec Tétouan. Le train a été contraint à l'arrêt pendant 3 heures (de 11h à 14h). Cet arrêt n'est imputé à aucun dégât sur la voie ferrée. “C'est par mesure sécuritaire qu'on a décidé l'arrêt du train”, affirme un responsable de l'ONCF. Et d'ajouter: “On a également envoyé des responsables sur place pour estimer l'ampleur du risque”. Le trafic n'a repris qu'après l'extinction de l'incendie dans les environs de la voie ferrée. “On ne peut faire autrement car les rails traversent cette forêt. Même si les flammes éloignées des chemins de fer, il fallait rester prudent”, explique-t-il. Rappelons que la semaine dernière, un incendie s'est déclenché dans la région de Taza. En quelques heures, le feu a parcouru 5 hectares. A noter que la province de Taza abrite 400.000 hectares de forêt où le risque de feu augmente en été.


Agadir: Faible risque

Les risques d'incendie de forêt dans la région d'Agadir sont plutôt faibles comparativement au nord du Royaume. C'est du moins ce qu'indique le capitaine Mohamed El Alaoui El Ismaïli de la Protection civile. “Ceci en raison de la faible densité de la forêt dans la zone où seul le site d'Immouzer-Ida Outannane abrite une forêt très peuplée, et constitue donc un endroit à risque plus surveillé que les autres lieux”, explique-t-il. Malgré la faiblesse des risques d'incendie dans la région, la Protection civile a mis en place un plan d'alerte en partenariat avec la wilaya et la direction régionale des Eaux et Forêts. Ces intervenants mettent en place tous leurs moyens pour faire face à toutes les éventualités. Selon El Alaoui, aucun incendie de forêt n'a été enregistré jusqu'à présent cette année. Il y a 6 ans, la région avait enregistré “quelques feux criminels” sans grands dégâts.Ali JAFRY & Adil El JOUALI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc