×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Une chaleur qui coûte cher
Les bonnes affaires de la canicule

Par L'Economiste | Edition N°:1576 Le 06/08/2003 | Partager

. Les ventes de climatiseurs montent en flèche. La consommation journalière électrique explose. Retour des températures à la normale saisonnière dès demainNos villes sont en sueur et écrasées par la chaleur depuis une dizaine de jours. Cette vague a provoqué des incendies, notamment dans la région d'Asilah et de Taza. Depuis cette date, le thermomètre a enregistré des pics de chaleur jamais atteints, depuis plusieurs années, selon les experts. Le mercure a vacillé, pour des températures observées sur l'ensemble des régions du Maroc, dans une fourchette de 38 à 48°C, avec toutefois des extrêmes hauts de près de 50°C relevés principalement dans les villes du sud. Cela est dû essentiellement, est-il noté auprès de la direction de la Météorologie nationale, au phénomène des vents chauds de Chergui. Ces «strong winds« de l'est provoquent, comme chaque année, une montée soudaine des températures, communément appelée canicule. Reste que pour cette année, la vague de chaleur qui n'épargne aucune des régions du Royaume est beaucoup plus prononcée que celles enregistrées jusque-là. Mais un renversement de la tendance devrait intervenir dès demain, jeudi 7 août 2003, rassure la Météorologie nationale. Selon ses prévisions, la chaleur qui prévaudra sur les quelques jours à venir se relâchera graduellement, pour enfin s'inscrire dans une fourchette de température saisonnière normale. Le communiqué diffusé indique que «la situation météorologique sur notre pays sera caractérisée durant les prochains jours par une atténuation du phénomène des vents du Chergui«. La direction de la Météorologie souligne en outre «que cela se traduira par un rafraîchissement progressif du temps sur la majeure partie du Royaume«. Toutefois, la fraîcheur ne touchera pas toutes les régions du Maroc. Les vents de l'est maintiendront encore des températures élevées sur les régions du Saïss, Loukkos et le Tangérois (Fès: 40/42°C, Tanger: 36/38°C, Larache: 38/40°C).Ce phénomène de très grosses chaleurs que le pays connaît depuis plusieurs jours affecte aussi nos voisins européens. Des pays comme l'Espagne, la France, l'Allemagne, la Suisse, la Grande-Bretagne ou le Portugal sont touchés par des températures qui atteignent les 50°C dans le Sud du vieux continent. Donc, la situation n'est pas spécifique au Maroc, mais mondiale. Un phénomène qui trouve son origine dans les grands bouleversements climatiques que connaît la planète. La partie la plus visible va de la pollution occasionnée par les rejets des véhicules à l'effet de serre provoqué par les importantes émissions du CO2 dans l'air. Cette canicule a fait le bonheur des importateurs et revendeurs de climatiseurs, qui ont vu leurs ventes grimper en flèche. Cette ruée touche aussi bien les climatiseurs domestiques qu'industriels. Cette envolée des ventes a été relevée à partir du 20 juillet dernier, démarrage de la canicule.Les carnets de commandes se remplissent et la demande n'est pas près de s'arrêter, indique un opérateur. En l'absence de toute statistique précise, les estimations concordantes de plusieurs revendeurs de climatiseurs tournent autour d'une augmentation des ventes de près de 15% par rapport à la même période de l'année dernière. Et la demande est repartie de belle dès le début de ce mois avec l'annonce, vers la fin de la semaine dernière, d'une nouvelle vague de chaleur. Cette envolée des ventes s'est en grande partie traduite par celle de la consommation nationale d'électricité. Cette dernière, selon les données de l'Office national de l'électricité (ONE), a enregistré des records jamais atteints jusque-là. Selon l'Office, «la production journalière d'énergie électrique et de la pointe du soir, a explosé suite probablement à l'utilisation massive des climatiseurs et à l'augmentation de la consommation des pompages agricoles«. Pour l'énergie appelée, le nouveau pic haut atteint, le 1er août courant, est de 52,69 millions de kWh, en hausse de 16,2 % par rapport à la même journée un an auparavant. Tandis que la pointe du soir a enregistré le jeudi 31 juillet dernier un extrême haut de 2.970 MW, soit une hausse de 10,2% par rapport à la même date de 2002.L'ONE rassure, pour sa part, que les extrêmes enregistrés n'affecteront en rien sa capacité de production. Aussi, continuera-t-elle à assurer un volume de production journalier largement suffisant par rapport aux besoins des populations.Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc