×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Un système d'entretien des routes transposé à l'urbanisme

    Par L'Economiste | Edition N°:193 Le 17/08/1995 | Partager

    Un système informatique établit la liaison entre une base de données, contenant l'état des routes et les budgets alloués à l'entretien. Il réalise une percée à l'export et inspire des systèmes d'entretien de l'urbanisme et des réseaux électriques.


    Le programme routier pour le désenclavement rural a fait appel au système Syger pour visualiser sur écran ce qui doit être fait. Ce programme mis au point pour l'entretien des routes est venu se greffer sur les études de la Direction des Routes et du Centre d'Etudes Routier.
    Syger (Système de Gestion des Ressources et des Réseaux) est un logiciel de liaison entre 3 composantes:
    - la géographie,
    - une base de données qui comporte le descriptif des routes: largeur, usure, fissure,
    - un noyau graphique qui permet de visualiser, de manière directe et "conviviale", les routes sur un écran d'ordinateur.
    Le noyau graphique est américain et la base de données marocaine est sur Oracle.
    Sur ces bases, Cad Tech, entreprise basée à Rabat, a créé un lien, Syger, qu'elle a placé au Centre National des Etudes Routières avant qu'il ne fasse l'objet d'exportation.
    Cad Tech (Cartographie Digital Technologie) est une société sous forme de Sarl qui hérite d'une société d'ingénierie en nom collectif mise en veilleuse. Cette dernière structure ne lui permettait pas l'expansion. L'entreprise, une des rares à exporter du "savoir-faire" informatique, est une structure légère de 5 personnes très jeunes et d'un haut niveau de formation: Chemsedine Ould Sidi Baba (ingénieur de l'Université Cornell aux Etat-Unis), Rachid Smidi et Tarik Bendahhou (ingénieurs de l'Ecole Centrale), et deux techniciens supérieurs formés aux mathématiques et au dessin industriel avant de se spécialiser dans la saisie et la digitalisation des cartes.
    Tout ce petit monde est donc dédié à un outil informatique dont le but est "une connaissance intelligente" du patrimoine routier et la décision de son entretien.

    Optimiser l'entretien


    Comme pour un équipement ordinaire, une automobile ou une machine de production, il faut réaliser un entretien préventif avant la panne (route hors d'usage). Le coût possible, ou ici le budget alloué par l'Etat, complique le calcul; il faut optimiser l'entretien sous contrainte budgétaire selon le jargon des spécialistes de la recherche opérationnelle.
    Pour optimiser l'entretien, il faut d'abord connaître l'état des routes . "A l'origine, il nous a fallu une année et demie pour reconstituer une cartographie complète du Maroc, qui n'existait nulle part", affirment les ingénieurs de Cad Tech. Les bases avaient été des cartes du cadastre, si anciennes que même la route Casablanca-Khouribga n'y figurait pas. Il a fallu interroger les provinces, corriger, confirmer...
    Trois allers-retours étaient nécessaires pour reconstituer le fond routier du Maroc sur ordinateur.
    Depuis, la mise à jour est une opération délicate. Ainsi, quand les provinces construisent les routes prévues par la Loi des Finances, dans le grand détail, elle, n'informent pas l'administration centrale à la fin des travaux.
    L'autre problème est d'évaluer l'état des routes.
    Ce sont les résultats des mesures manuelles et des observations de visu qui sont intégrés dans le système de données.
    La méthode de collecte des données a été améliorée à l'occasion d'une exportation. Pour les Français, Cad Tech a intégré un système de mesure automatique sur un camion spécialisé qui, grâce à un GPS (Global Positionning System) et à la couverture satellite, enregistre les dégradations des routes et leur position dans un ordinateur.
    De l'utilisateur français Scetauroute, le système a été simplifié pour être exporté au Gabon, au Tchad...
    Cad Tech prospecte vers la Syrie, le Canada, les USA où elle cherche un partenaire.

    La ville de Fès sur écran


    Une autre "exportation" du système, mais vers une autre activité, a été réalisée. Du réseau routier, le système a été appliqué au réseau urbain. Le système de carte digitalisée des routes comprenant revêtement, renforcement, signalisation a été transposé à l'urbanisme, au bâti, à la voirie, et même aux données sociales de la ville.
    Intégrés, "tous ces éléments ont permis, après 3 ans de travail", à créer un système pour l'ADER (Agence de dédensification et de Réhabilitation) de la médina de Fès, suite à un appel d'offres de l'UNESCO.
    De là, l'application a été développée vers la gestion des réseaux d'eau et d'électricité et Cad Tech a déjà la commande d'une régie. Il s'agit encore ici de parvenir à cliquer sur un point d'une carte et connaître pour un poste électrique en panne la puissance, l'historique... le but étant d'optimiser l'entretien.
    Pour les concepteurs, "le système peut même être adapté aux besoins de l'ONE qui cherche à optimiser et planifier le réseau d'électrification rural". L'Office a d'ailleurs lancé un appel d'offres en ce sens.

    Khalid BELYAZID.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc