×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Un plan de carrière aux agents d’autorité

    Par L'Economiste | Edition N°:2833 Le 04/08/2008 | Partager

    . Un nouveau statut pour les gouverneurs, caïds, pachas et khalifas. L’arsenal juridique relatif aux communales de 2009 arrive en septembre Le séminaire annuel des walis et gouverneurs, qui s’est tenu vendredi dernier à Fès, a été l’occasion de la part de Chakib Benmoussa de décliner les deux réformes majeures de son ministère: la carte communale et le nouveau statut des agents d’autorité. Le ministre de l’Intérieur justifie la création de ce statut par de nouvelles responsabilités dictées par la décentralisation et la déconcentration. Le corps des agents d’autorité ainsi réorganisé fixe un véritable plan de carrière aux agents d’autorité et aux administrateurs du ministère de l’Intérieur. Le statut comprend quatre grades. Et chacun est décomposé en deux niveaux. Le rang de gouverneur comporte deux grades: gouverneur et gouverneur principal. Idem pour celui de pacha et les fameux caïds (caïd et caïd principal)Par contre, le cadre de khalifa de caïd est le seul à afficher trois grades: khalifa de caïd 2e grade, khalifa de caïd 1er grade et khalifa de caïd principal. Derrière ce lifting, il s’agit de valoriser le corps des agents d’autorité «appelés à assumer des missions de plus en plus complexes» et de leur ouvrir des possibilités de promotion via des passerelles entre différents cadres. Le passage de la «fonction d’autorité» au «grade de l’autorité» permettra d’attirer vers les fonctions de l’autorité de nouveaux profils adaptés à ses nouvelles missions.Deuxième grande réforme expliquée aux walis et gouverneurs, la nouvelle carte communale, avec en ligne de mire les échéances électorales de 2009. L’administration territoriale est en effet l’architecte de la mise en œuvre de cette réforme. Cette charte comporte 1.503 communes dont 1.282 rurales et 221 communes urbaines. Une opération d’adaptation, vu le développement enregistré sur les plans démographique et urbanistique.Le ministère présentera, dès la rentrée de septembre, des textes juridiques et organisationnels relatifs aux consultations électorales que le pays s’apprête à organiser en 2009. Le ministre s’est engagé à dégager des moyens susceptibles de renforcer la déconcentration à travers une meilleure répartition des attributions entre administration centrale et services extérieurs aux niveaux régional et provincial. Le but étant de parvenir à un équilibre sur le plan de l’encadrement administratif entre les milieux urbain et rural. Le renforcement des ressources financières des collectivités locales est un des piliers de ce rééquilibrage dont a parlé le ministre. Le projet de loi portant organisation des finances des collectivités locales est au Parlement.


    Trop de dérogations dans l’urbanisme

    Dans son intervention, le ministre de l’Intérieur s’en est pris au système de dérogations dans l’urbanisme, qui se sont transformées en mode ordinaire de gestion à l’échelle locale. L’urgence est à la réforme de la politique d’urbanisme pour mettre fin au recours excessif aux dérogations. Lourdeur, complexité des procédures, télescopage des intervenants, absence d’outils pour dynamiser le secteur… Benmoussa veut entamer une réflexion pour la mise en place de nouveaux mécanismes susceptibles de réaliser un développement urbanistique homogène et intégré. Jihane KABBAJ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc