×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tourisme: L'ONMT s'allie à des TO pour doper la destination
De notre envoyée spéciale à Deauville, Badra BERRISSOULE

Par L'Economiste | Edition N°:1614 Le 02/10/2003 | Partager

. 16 TO sont concernés, dont 13 généralistes et 3 spécialistes en tourisme de nichesDe l'avis des responsables de l'ONMT (Office national marocain du tourisme), c'est une révolution que celle de lier les TO français au Maroc à travers des contrats. Ces TO s'engagent pour réaliser des objectifs quantitatifs (augmenter le nombre de leurs touristes) et qualitatifs. “A travers cette opération, nous sommes à même de pousser les TO à préserver et augmenter leurs capacités sur des destinations Maroc (à savoir les plus sinistrées) et mettre en orbite d'autres qui ne sont pas encore programmées comme le Nord”, précise Redouane Reghaye, directeur de l'ONMT en France. L'Office transforme sa démarche de soutien en une démarche quasi-commerciale et veut ainsi financer les campagnes promotionnelles pour les destinations Maroc. “C'est en effet innovant pour l'Organisme, d'autant plus qu'il fixe des objectifs”, commente Kamal Bensouda, professionnel touristique et président du CRT Marrakech. Au total, il y en aura 16 TO. “13 généralistes et 3 spécialistes en tourisme de niches comme celui du golf ou de campagne”, indique Reghaye. A ce nombre viendront s'ajouter deux autres incessamment. Les conventions ont été en grande partie concrétisées lors du salon professionnel de tourisme qui se tient annuellement à Deauville (France) du 25 au 27 septembre. Ce n'est pas sans raison que les responsables marocains veulent impliquer les TO. Avec les crises qu'a connues le secteur ces deux dernières années et les baisses enregistrées partout ailleurs dont les TO étaient les premiers à en souffrir, certaines destinations sont écartées des brochures. En contrepartie, l'Office s'est engagé pour cinq ans sur de “la publicité conjointe”. Autrement dit, des budgets aux alentours de 7 millions de DH par an en seront consacrés pour promouvoir les destinations Maroc. Ce budget dépend de l'importance du voyagiste. Les termes des conventions stipulent que les TO doivent augmenter le nombre de leurs touristes au Maroc de 15 à 35%. C'est-à-dire passer de 450.000 forfaits actuellement à près de 600.000 pour 2004. De pareils contrats requièrent évidemment une attention particulière des transporteurs dont la RAM qui a décidé d'augmenter ses capacités pour cette saison. Le directeur de la RAM France, Abderrafie Zoueten, avance d'ailleurs adhérer parfaitement à cette démarche qui conforte la stratégie de la compagnie nationale. D'autres transporteurs devront aussi bénéficier de cette augmentation de capacité.


Les grands rendez-vous

Plusieurs éductours sont programmés au Maroc pour cette saison dont celui de TUI à Fès en 2004 avec quelque 1.500 agents de voyages qui auront vendu au moins 4 voyages pour cette destination. Le TO Fram devra amener près de 100 responsables d'agences ambassadrices à Agadir et organiser une autre manifestation pour les 1.800 agences vendant ses produits, en décembre. Agadir, Fès, Tanger et Ouarzazate, destinations sinistrées, sont mises en avant cette année pour rétablir l'équilibre, indique-t-on. Selon Redouane Reghaye, il est question de porter les 35.000 touristes français qui séjournent à Fès à 80.000 d'ici deux ans.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc