×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tourisme: La formation, une urgence

Par L'Economiste | Edition N°:1892 Le 08/11/2004 | Partager

. D’ici à 2010, 70.000 professionnels doivent être formés. Le Maroc en retard de 20 ans sur la Turquie Arriver à 230.000 lits en 2010, ou en 2012 ou même plus tard, là n’est pas la question pour Adil Douiri, ministre du Tourisme. L’essentiel est de rester fidèle à un rythme de réalisation basé sur des priorités. Lors d’une conférence tenue jeudi 4 novembre à Casablanca, Douiri a souligné que la vision 2010 doit dépasser la conjoncture gouvernementale. «C’est la première fois qu’il y a consensus sur les grandes visées entre le secteur public et le privé», ajoute-t-il. Des priorités mais aussi des exigences, car la vision 2010 repose sur le foncier plus qu’autre chose. Le choix de l’emplacement des 6 stations du Plan Azur a été avant tout motivé par la disponibilité du foncier. Ce sont des domaines de l’Etat qui «sont cédés presque sans contrepartie financière». Selon la logique du ministre, «il faut proposer un foncier très bon marché qui permette de vendre les chambres très bon marché». Comme tout produit de grande consommation, le tourisme est sensible au prix. Le Maroc est à 2 ou 3 heures de vol de 400 millions de consommateurs. Toutefois, la notion de proximité est dépassée quand il s’agit d’intéresser le touriste étranger. Le Maroc table sur plus de 5 millions de touristes pour 2004. La Turquie que le ministre prend comme modèle, et qui «a 20 ans d’avance sur nous en matière de tourisme», arrive aujourd’hui à drainer 12, voire 14 millions de touristes par an. L’Egypte accueille 7 millions de touristes. Ces deux pays sont les vrais concurrents à long terme pour le Maroc. Mais le département de Douiri applique sa propre méthode. Le ministre, par exemple, ne croit pas au taux de retour. Par contre, c’est la première fois que l’Office du tourisme effectue en 2004 des études dites quantitatives en Italie, en Espagne, en Allemagne et Grande-Bretagne. L’objectif est de connaître les habitudes touristiques de ces pays grands émetteurs et de rationaliser les investissements. Car chaque nouveau marché nécessite pas moins de 3 millions d’euros pour y exister en tant que destination. La vision 2010 dépend d’un budget de 9 milliards d’euros dont 4 milliards pour l’hôtelier. C’est une manne qu’il faut savoir utiliser à bon escient dans un secteur très volatil. La formation devient une urgence. La vision 2010 prévoit la formation d’au moins 70.000 professionnels. Dans ce programme, la priorité n’est pas donnée à l’amélioration de l’accueil. «C’est un chantier d’accompagnement», annonce Douiri. Le plus urgent est de mettre en place des structures institutionnelles qui permettent une meilleure synergie entre intervenants dans le tourisme. Mais cette stratégie manque souvent de moyens. Le budget de l’Office du tourisme est de 400 millions de DH dont 50 millions provenant des différentes taxes sur le tourisme. Douiri espère arriver à 1 milliard de DH.Quant au tourisme des Marocains, le ministre a déploré l’inexistence d’un réseau de distribution au Maroc pour les Marocains. «C’est un grand chantier que d’inciter les TO nationaux à acheter les chambres d’un certain standing en quantité pour qu’elles soient accessibles au plus grand nombre».


Synchro

Aujourd’hui, lundi 8 novembre 2004, Douiri et Karim Ghellab, ministre du Transport devront se rendre à Londres pour la signature d’un accord pour deux lignes régulières: Londres-Agadir et Manchester-Agadir. Douiri fonde sa stratégie sur 3 principaux chantiers: le produit, l’aérien et le marketing. L’idéal étant de synchroniser le «marketing et l’avion», de faire correspondre les sièges de celui-ci et les chambres d’hôtel. Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc