×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Témara: Une école hybride pour la rentrée scolaire

    Par L'Economiste | Edition N°:2877 Le 09/10/2008 | Partager

    . Destinée au primaire le matin, elle accueille le secondaire l’après-midi. Près de 1.600 élèves concernésRÉUSSIR une opération de résorption de bidonvilles ne se limite pas uniquement à la construction de logements pour abriter les familles concernées. Mais également à préparer en parallèle les infrastructures d’accompagnement et les équipements sociaux de base, comme les écoles et les centres de santé ainsi que les services administratifs et de sûreté. Ceci nécessite, bien entendu, un travail de planification préalable pour la mobilisation des moyens nécessaires à la réalisation de ces projets d’utilité publique et leur exploitation par la suite. De même, il permet d’identifier les besoins futurs à travers une estimation des populations cibles. Sinon, ces dernières pourront se retrouver dans des situations délicates qui vont perturber leur vie après l’opération de déménagement. C’est le cas pour quelque 3.700 familles, soit une population dépassant les 20.000 personnes, qui ont bénéficié dernièrement de logements dans le cadre du projet d’Annasr à Témara. Le problème de scolarisation des enfants est sérieusement posé pour une grande partie de ces familles. «Lorsqu’on habitait nos barques situées au centre-ville, on avait le choix d’inscrire nos enfants dans plusieurs écoles proches de nos quartiers», souligne un père. «Alors que dans le nouveau site, on a prévu la construction d’une seule école primaire dont la capacité est insuffisante par rapport aux besoins», ajoute-t-il. Une mauvaise estimation de l’effectif des élèves a aggravé la situation. «Le chiffre avancé au début a été de 500 enfants, alors que le nombre réel avoisine les 1.600 élèves uniquement pour le primaire. Pour le secondaire, aucun établissement n’est disponible pour le moment sur le site. Devant cette situation, les responsables ont décidé d’exploiter l’unique établissement existant aussi bien pour le primaire que pour le secondaire. Cependant, ce ne serait qu’une situation provisoire. En effet, on a appris que les services de la délégation de l’Education nationale ont mis les bouchées doubles pour la construction d’un nouvel établissement secondaire à Hay Ennasr. Le marché sera lancé incessamment afin que les travaux soient entamés avant décembre prochain, selon une source de la délégation. Une enveloppe de 9 millions de DH a été mobilisée pour la réalisation de ce projet. A signaler que ce dernier entre dans le cadre du programme d’urgence pour faire face aux nouveaux besoins de la région de Témara. Cette dernière est parmi les premières villes du pays touchées par le fléau des bidonvilles. Ce qui entraîne un fort déplacement des populations dans le territoire de la province. A cela s’ajoutent les besoins de la nouvelle ville de Tamesna proche de Témara qui devrait, en principe, accueillir ses premiers habitants au cours des prochaines semaines. Ainsi, dans le cadre de ce programme d’urgence, la délégation prévoit la construction ou l’extension de quatre autres établissements scolaires (écoles, collèges et lycées). La réalisation de ce programme nécessitera un budget estimé à plus de 25 millions de DH. Toujours dans le même chapitre, la délégation de Témara a lancé un programme de réhabilitation de 11 établissements dans le cadre de la préparation de la rentrée scolaire 2008/2009. Une enveloppe de plus d’un million de DH a été accordée au titre du budget de l’académie pour la réalisation de ces travaux.


    Partenariat

    LES responsables de la délégation de l’Education nationale de Témara ont compris que le partenariat est une opportunité à saisir pour améliorer l’attractivité de l’école. En effet, dans le cadre de son plan d’action, la délégation, avec l’aide de certains bienfaiteurs, envisage de rénover près de 26 établissements. Le coût de l’opération avoisine les 30 millions de DH.Nour Eddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc