×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Témara: 3,8 milliards de DH d’investissement en 2004

Par L'Economiste | Edition N°:1779 Le 31/05/2004 | Partager

. Quatre nouveaux projets d’infrastructures de base . Legler, groupe leader mondial dans le textile, s’implante à Skhirat . Coût du projet: Plus de 600 millions de DH Comment la préfecture Skhirat-Témara peut-elle devenir un pôle économique incontournable dans la région de Rabat, offrir un service public de qualité, et surtout être un endroit agréable à vivre pour ses 350.000 habitants? C’est la question qui taraude les responsables locaux qui multiplient les efforts pour doter la région des infrastructures de base. C’est dans cette perspective que plusieurs projets ont été inaugurés mercredi dernier par Mohamed Mhidia, gouverneur de la province de Skhirat Témara. Ainsi, un nouveau parc industriel d’une superficie de 11 ha a été aménagé dans la commune de Ain Atig. Il a coûté 17,7 millions de DH. D’autres zones industrielles sont en cours de mise à niveau, comme c’est le cas des unités situées à Ouled Zaers. La restauration des parcs industriels a donné les résultats attendus. Des projets d’une grande portée économique ont choisi d’élire domicile sur ces zones. C’est le cas de Legler, groupe leader mondial dans le textile, qui a choisi de s’implanter à Skhirat pour un investissement de plus de 600 millions de DH. L’autre projet concerne le renforcement de l’axe routier. Trois tronçons couvrant la commune rurale d’Ain Atig sont en cours de réalisation. Dans ce même cadre, la province s’est dotée dernièrement d’un pont, dénommé Allal Ben Abdellah, dont le coût s’élève à 22 millions de DH.En tout cas, le montant des investissements au niveau de la préfecture au titre de l’exercice 2004 s’élève à 3,8 milliards de DH, financés par les secteurs public et privé. Les collectivités locales y participent également.Normal! La zone, très connue plus par ses plages que par ses activités économiques, est devenue un espace très prisé ces dernières années. Ce flux urbanistique n’a pas été accompagné de programmes d’équipements en infrastructures de base. A cela se sont ajoutés la prolifération de l’habitat insalubre et le délabrement des zones économiques. Aujourd’hui, l’axe Skhirat-Témara est déterminé à devenir bien plus qu’une destination d’estivage. La pêche artisanale, exercée tout au long des côtes de Harhoura, se dotera prochainement d’un point de débarquement des produits de la mer à Skhirat pour mieux organiser cette activité. Outre ces chantiers, l’adduction en eau potable en faveur de 4 douars relevant de la commune rurale de Sidi Yahya Zaers, en partenariat avec l’Onep, a été lancée. Entamés en février, les travaux seront achevés en décembre prochain. Il est prévu également de réaménager le barrage à Sidi Yahya, et le recalibrage de l’Oued Bouaïba pour protéger la ville de Skhirat des inondations. D’autres chantiers d’assainissement notamment à Sidi Yahya Zaer, sont ouverts. Sur le volet social, l’éradication de l’habitat insalubre est une autre épine au pied de la ville. La zone compte 30.000 baraques, ce qui la place en deuxième position après Casablanca dans le classement des villes abritant les bidonvilles. Des actions sont en cours pour, du moins, arrêter la multiplication de cet habitat. L’opération Guich Oudaya en est la plus importante, puisqu’elle touche 3.330 bénéficiaires. A.B.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc