×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

FED: Relèvement des taux en juin

Par L'Economiste | Edition N°:1779 Le 31/05/2004 | Partager

. Cette perspective partage les spécialistes aux Etats-UnisLa perspective d’un relèvement des taux d’intérêt aux Etats-Unis divise les spécialistes : il y a ceux qui pensent qu’un tour de vis monétaire rendra les placements en dollars plus intéressants et favorisera le billet vert, et ceux qui estiment que l’énorme déficit du commerce extérieur américain prendra le dessus et pèsera sur la devise.La différence entre le loyer de l’argent pratiqué de part et d’autre de l’Atlantique est actuellement en faveur de la zone euro : le principal taux directeur de la Banque centrale européenne (BCE) se situe à 2%, tandis que le taux souhaité des fonds fédéraux (taux interbancaire) se situe à 1%.La divergence de vues entre spécialistes, qui constitue un risque supplémentaire pour les investisseurs déjà déstabilisés par la volatilité des marchés financiers, est pour la première fois apparue en 2004 quand le rebond économique américain est apparu bien ancré, mettant fin à deux années de baisse du billet vert.Ainsi, en février, les prévisions de 14 spécialistes interrogés par l’agence Reuters ont montré un éventail très large de prévisions à un an de la parité euro-dollar. Certains voyaient la monnaie unique à 1,08 dollar et d’autres à 1,40 dollar. Trois mois plus tard, si certains des participants s’en tiennent à leur vue de février, d’autres estiment que le dollar vaudra plus cher dans 12 mois qu’ils ne l’avaient initialement prévu.Entre-temps, la probabilité d’un relèvement des taux par la Banque centrale américaine sous la houlette de son président Alan Greenspan est apparue de plus en plus clairement. Ce relèvement, attendu dès juin, pourrait bien être le début d’un nouveau cycle de hausse des taux en cas d’émergence de poussées inflationnistes avec la reprise économique et la flambée des cours des matières premières. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc