×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Tahiti Club: Des affaires gigognes…!

    Par L'Economiste | Edition N°:2785 Le 27/05/2008 | Partager

    . Une énième affaire resurgit . Benouna, l’un des accusés, a été kidnappé durant 4 jours. Il reconnaît l’un de ses ravisseurs dans la salle d’audience L’affaire Tahiti Club qui oppose Saâd, fils d’Ahmed Benkirane, ex-ministre, à l’homme d’affaires Hicham Sedki ressemble à un jeu de poupées russes. A chaque fois que les protagonistes pensent avoir trouvé le fin mot de cette histoire, un énième mystère surgit et renvoie le dossier à la case départ, au grand dam des 6 accusés. Lors de l’audience du 23 mai au TPI de Casablanca, c’était au tour de Mohamed Benouna, comptable agréé et accusé dans le cadre de cette affaire, de passer à la barre. Benouna est l’actionnaire majoritaire de Blue Invest, la société qui détient la licence d’exploitation du domaine maritime sur lequel se trouve le Tahiti Club. Rappelons que le comptable, qui est membre du Parti de l’Istiqlal et vice-maire de Tétouan, a été enlevé durant 4 jours en avril dernier. Celui-ci avait d’ailleurs déposé plainte contre X pour «enlèvement et séquestration» auprès du procureur du Roi au TPI de Tétouan. Et il n’était plus jamais revenu sur cette histoire d’enlèvement jusqu’au jour de l’audience. Ce 23 mai donc, au moment de son passage devant le président de la séance, Benouna reconnaît dans la salle l’un de ses ravisseurs. Il le pointe du doigt et déclare à ses avocats qu’il «a déjà vu cet homme le jour de son enlèvement». Alertés, les avocats réclament à la cour «d’appeler l’individu en question pour qu’il fournisse des explications». Le président du tribunal répond qu’il s’agit d’une audience publique. Mais dans la confusion provoquée par les avocats qui menaçaient de quitter la salle, le mystérieux «ravisseur» s’éclipse. Le procès reprend une heure plus tard dans une ambiance électrique. Après Benouna, la cour a entendu Nadia Ziad, responsable administrative à Tahiti Club. La jeune femme est poursuivie pour complicité de vol de documents.Outre Sedki, Benkirane, Benouna, et Ziad, deux autres personnes sont poursuivies dans ce dossier: il s’agit de Redouane Boujemaâ, comptable de La Compagnie des Plages, et Leila Serghini, épouse de Saâd Benkirane.Naoufal BELGHAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc