×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Politique Internationale

    Succès d'Australia à la semaine du film européen

    Par L'Economiste | Edition N°:27 Le 30/04/1992 | Partager

    AUSTRALIA, film belge a été présenté pour l'ouverture de la semaine du film européen. L'accueil du public a été enthousiaste pour une histoire qui a su mêler les passions de l'amour et de l'industrie.
    Réalisé par Jean-Jacques Andrien, originaire lui-même de Verviers, Australia eut un retentissement énorme. La critique fut essentiellement élogieuse et admirative.
    Le film révèle l'univers des lainiers, étrange et violent. Le réalisateur, né en 1944 à Verviers, fit des études cinématographiques à l'INSAS (Bruxelles). Revendiquant la fiction, Jean-Jacques Andrien écrit ce qu'il a lui-même vécu et n'hésite pas à plonger au plus profond des choses. Il accumule ses observations sur le vif, réunit une documentation importante sur le monde des lainiers. Et comme il le dit lui-même: "ce n'est vérita-blement qu'à partir de 1985 que j'ai commencé à repérer les lieux, à prendre des photos, à récolter des documents, des photos d'époque, des témoignages de lainiers verviétois mais aussi anglais. Tout ceci en 4 ans". De ces événements et de ces minutieuses informations, Jean-Jacques Andrien fait la matière d'Australia. Laissant libre cours à ses sentiments, Andrien nous dresse une peinture du monde lainier. C'est avec précision et couleur qu'il dépeint les industries lainières belges et australiennes. La laine est l'héroïne du film et tous les personnages sont remplis de passion pour elle. Elle est nourricière, créatrice de vie.
    Dans les années 50, l'Australie, c'est le pays du renouveau. L'Europe, au contraire, tente de redémarrer, sans parvenir, toutefois, à admettre que les temps ont changé. L'action d'Australia se passe en 1955, au moment où l'industrie lainière de la ville de Verviers, en Belgique, commence à ressentir les premiers signes d'un déclin.

    Edouard Pierson, (admira-blement interprété par le flegmatique Jeremy Irons) est originaire de Verviers et avait quitté l'entreprise lainière familiale.
    Il vit depuis vingt ans en Australie, avec sa fille Sattie (interprétée par la délicieuse Danielle Lyttleton), qu'il élève seul depuis le décès de sa compagne. Pourtant un appel de son frère Julien (interprété par Tcheky Karyo) l'y oblige. C'est le retour aux sources. Là-bas, dans sa ville natale, Edouard voit, sent, repère autour de lui. Il retrouve ses souvenir d'enfance, sa passion pour l'aviation. A Verviers, il rencontre Jeanne (interpétée par Fannu Ardant, émouvante et juste), la femme d'un notaire, qui, comme lui, est déracinée. Attirés l'un vers l'autre, ils deviennent amants ... Les conflits du travail, du capital dans l'industrie lainière sont abordés véritablement sans le moindre biais. Car se qui se dit, ce qui se vit dans cette histoire, c'est la réalité du monde lainier enrichie par le regard incisif du réalisateur. Mais, ce n'est pas seulement le traitement de la laine et la description d'un monde qui amorce son déclin, qui constitue la trame essentielle du film. C'est aussi la rencontre de deux êtres qui se sont exilés de leur pays natal et qui ne savent pas comment vivre leur rapport à ce pays natal.
    "C'est la rencontre de deux être dont le destin, est d'être étranger dans leur propre patrie et sans patrie à l'étranger" dit Jean-Jacques Andrien. Australia est donc l'histoire d'une rencontre, d'une passion mais aussi la chronique d'une petite ville de Belgique, Verviers. J-J. Andrien, dont les films possèdent souvent un aspect documentaire, met en lumière des personnages animés par leur Passion ainsi que leur grande lutte de la nature et du retour aux sources. Par le biais de plans qui se prolongent, il laisse aux acteurs le temps de nous faire ressentir le mystère, la profondeur et la richesse de leurs personnages. De plus, notre imagination est saisie par la beauté remarquable des paysages et par leur correspondance avec une musique douce et à la fois pleine d'intensité, donnant un relief saisissant au film. Par son parfait sens des images et sa capacité à créer une "atmosphère".

    Nadia ELBAZ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc