×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Sondage IRI-LMS-CSA
Emploi: Des idées pour les programmes politiques

Par L'Economiste | Edition N°:2361 Le 14/09/2006 | Partager

. La fonction publique une valeur-refuge. La justice sociale, l’éducation… que dalle!PARMI les autres thèmes abordés par le sondage IRI-LMS-CSA, figure l’orientation générale du pays. 60% des sondés considèrent que les choses vont dans le bon sens au Maroc (contre à peine 37% dans le mauvais sens). Ces résultats ne surprennent guère: un sondage effectué par L’Economiste auprès des patrons sur leur perception de la rentrée abonde dans le même sens. Dans la liste des préoccupations des personnes sondées, les priorités sont bien identifiées. La plus importante est relative à «l’emploi et le chômage» qui vient en tête avec 79% (soit +5% par rapport au précédent sondage). La lutte contre la pauvreté arrive en deuxième position avec 30%, suivi par le niveau de vie avec 29%. La lutte contre l’analphabétisme n’obtient que 13% (-7% par rapport au sondage de 2005) et l’amélioration des services de santé 12%. Plus surprenant, le logement économique et l’amélioration du système éducatif obtiennent chacun 11%. Quant à la justice sociale, la protection des droits et des libertés, elles ne recueillent que 4% des avis. Plus troublant mais toujours par rapport à la problématique de l’emploi, les réponses concernant les responsabilités montrent que certaines idées reçues ont la peau dure. Ainsi pour une bonne partie des sondés, c’est le ministère de l’Emploi qui est responsable de cette problématique à hauteur de 43% et le gouvernement à 38%. Il est incontestable que dans la mentalité de la population, l’employeur numéro «un» reste la fonction publique. Les sit-in, les marches et toutes sortes de manifestations organisées par les diplômés chômeurs depuis quelques années vont dans ce sens. Les propositions de travailler dans les entreprises n’ont jamais intéressé ces demandeurs d’emploi. D’ailleurs, dans le sondage, le secteur privé n’assume la responsabilité de l’emploi et du chômage qu’à hauteur de 3% et l’initiative personnelle 2%.Ces résultats sur les responsabilités publiques en matière d’emploi ressurgissent également à travers d’autres réponses des sondés. A la question: «Quelles sont les mesures les plus importantes pour créer des emplois et diminuer le chômage?» 56% des suffrages estiment qu’il faut «aider les jeunes diplômés à trouver un emploi dans le secteur public».


Vous ne connaissez jamais vos électeurs

L’IRI donne un conseil aux politiques: il faut se méfier des idées reçues. Particulièrement, celles en vogue dans les milieux politiques: «Je connais mes électeurs mieux que quiconque». Cette affirmation est fausse. Les informations fournies par un sondage apportent une vue claire et impartiale de l’électorat global, indique le document. C’est de cette façon qu’ils peuvent comprendre les préoccupations majeures des électeurs et par là, mieux les mettre en relief dans leurs campagnes électorales.M. C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc