×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Somaca: Nouveaux modèles en montage malgré la mévente

    Par L'Economiste | Edition N°:56 Le 03/12/1992 | Partager

    La baisse importante des vente de voitures montées localement est de 25% cette année. Les responsables ne désespèrent pas pour autant. De nouveaux modèles sont au programme pour l'année 1993. Tels ont été les axes des "portes ouvertes" sur la qualité organisées par la Somaca.

    Les ventes des voitures montées par la Somaca ont subi une baisse de 25% en 1992 par rapport à l'année dernière. En effet, elles sont passées de 20.000 à près de 15.000 unités. La sécheresse, la crise économique, l'importation des voitures d'occasion, la faiblesse du pouvoir d'achat sont avancées comme causes conjuguées de cette mévente. "Depuis le mois de Mai la baisse de la production a été ressentie", explique un ingénieur. La production actuelle de la Somaca est de 70 voitures par jour. Sa capacité de production est de 100 par jour. L'usine fonctionne 9 heures par jour. En 2x9, la capacité de la Somaca deviendrait de 200 véhicules par jour.

    Une révision des taux de la TVA appliquée aux voitures ne serait pas une des solutions à écarter, a signalé M. Mohammed Abdelkader Belarbi, Administrateur-Directeur Général de la Somaca. Un autre remède résiderait également dans l'organisation des importations de voitures d'occasion. Un projet dans ce sens est en cours de réalisation au niveau ministériel. "Les vieilles voitures importées entraînent des accidents physiques et des accidents sociaux par les dépenses successives qu'elles causent", déclare M. Belarbi en sa qualité de membre du comité de la prévention contre les accidents, lors de la journée "portes ouvertes" que la Somaca a organisée le 30 Novembre.

    Ces "portes ouvertes" sont inscrites dans le cadre de la promotion de la qualité de l'industrie marocaine, encouragée par la Fédération de l'industrie de la CGEM. Une trentaine de journalistes étaient présents. La matinée était consacrée aux journalistes et l'après-midi aux personnalités gouvernementales, aux professionnels et aux banquiers.

    Le "berceau" du processus dew montage est là où les CKD arrivent dans des caisses, passant par le traitement de surface et la cataphorèse. A l'autre bout de la chaîne se trouve le poste de contrôle de la voiture entièrement montée.

    Le traitement de surface est une étape préalable, nécessaire au revêtement cataphorèse. Il consiste en un traitement chimique par immersion en 10 stades de la carrosserie de la voiture. A la fin de la chaîne, les "caisses" (squelette métallique) sont dégraissées et couvertes d'une fine couche de cristalline. Celle-ci permet une parfaite adhésion de la peinture à la tôle et une meilleure résistance à la corrosion.

    La cataphorèse est la déposition de peinture à l'aide d'un mécanisme électrique. La carrosserie de la voiture, chargée négativement, est immergée dans une solution renfermant des particules de peintures chargées positivement. Ces dernières viennent alors s'y déposer, assurant une uniformité de l'épaisseur du revêtement. L'équipement cataphorèse a été acquis en 1987. Depuis, seules trois voitures ont été retournées pour des raisons de corrosion. La Somaca offre actuellement une garantie anticorrosion d'un an. Elle devrait être prochainement étendue à trois années.

    La caisse est alors conduite par un convoyeur vers les "cabines de laque". Deux couches sont appliquées, et même trois pour les voitures de couleur métallisée. La Somaca, actuellement, élabore un cahier de charges pour l'acquisition d'un nouvel équipement de peinture plus sophistiqué.

    Le système de contrôle des chaînes de fabrication de la Somaca se distingue de celui des chaînes françaises par des postes de contrôle à tous les niveaux de la production, en plus du contrôle par sondage. C'est le système de cotation qui prévaut. A chaque défaut est affectée une note précise.

    La voiture effectue un retour à la chaîne lorsque la somme des cotations atteint 100. Une réunion est tenue chaque Mercredi portant sur la qualité."Lorsqu'une cotation de voiture prise dans un lot dépasse les 100, les responsables sont identifiés et reçoivent une dégratification", explique un responsable.

    L'intégration est un autre objectif de la Somaca. Le taux d'intégration le plus élevé est atteint sur la pick-up 505. Il est de 25%. La partie arrière du véhicule est produite localement. Une intégration plus importante serait réalisée sur d'autres modèles. Mais ni la faisabilité, ni les modalités n'en sont encore fixées. Une extension d'usine de 7.000 mètres carrés est en cours de réalisation. La superficie actuelle de l'usine est de 38.000 mètres carrés.

    Dans cette nouvelle partie de l'usine, un montage de la Renault Safrane est prévu pour le deuxième semestre 1993. Celle-ci est actuellement importée. En effet, la Safrane ne sera pas montée en chaîne, mais sur un poste fixe.

    D'autres nouveaux modèles seront montés à la Somaca. Il s'agit de la Peugeot 106 en Février 1993, la Peugeot 306 en Juin et la Renault Clio au deuxième semestre.

    L.T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc