×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

SNRT-2M: La réorganisation s’effectuera par métiers

Par L'Economiste | Edition N°:2216 Le 17/02/2006 | Partager

. Il ne s’agira pas d’une absorption de Soread 2M par la SNRT. Préparer la deuxième chaîne à la privatisation?LE rapprochement entre la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT) et Soread 2M est désormais un fait (cf. www.leconomiste.com). Une première étape a été franchie à travers l’avis rendu lundi 13 février par le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) et la nomination de Fayçal Laraïchi à la tête de la deuxième chaîne. Telle que formulée dans l’avis précité, la réorganisation sera réalisée de manière progressive. Muni d’un réel pouvoir d’orientation, de coordination et d’arbitrage, Laraïchi devra d’abord mettre en place un rapprochement d’ordre financier entre les deux entités. Rappelons que la SNRT a obtenu une aide de 2,5 milliards de DH dans le cadre du contrat-programme signé avec l’Etat. Le rapprochement des deux structures et des ressources humaines ne sera pas une mince affaire non plus. Il faudra travailler sur les ressources humaines, l’harmonisation des statuts, l’amélioration des qualifications et des conditions de travail.La supervision sera du ressort d’un comité de pilotage stratégique. Celui-ci devra élaborer les orientations générales et veiller aux équilibres transversaux. Egalement dans le cahier des charges, l’établissement et le renforcement des synergies et l’arbitrage nécessaire dans la perspective d’une plus grande complémentarité entre les différentes composantes du pôle. L’intégrité et l’originalité des identités éditoriales de chacune des structures resteront néanmoins intactes. Le comité sera également appelé à préparer l’installation d’une société holding, par la mise en place de l’ensemble des mécanismes de gestion et de reporting qu’une telle transition suppose. La société holding regroupera des entités organisées selon une logique de métiers (télévision, radio, télédiffusion, production, publicité, archivage, marketing etc). Aucun calendrier n’a pour l’heure été fixé dans cette perspective. Mais la mise en place de la holding est une affaire de mois, affirment des sources concordantes. Il y a en effet urgence. Les premières licences seront accordées dès le mois de mars à des opérateurs privés par la Haute autorité de la communication audiovisuelle. «La mise à niveau du pôle public se fera au fur et à mesure que les nouvelles chaînes commencent à s’installer et à asseoir leurs audiences. Il faudra compter une période transitoire de seulement 6 mois à une année», apprend-on. D’aucuns misent sur les compétences managériales de Laraïchi pour mener à bien cette transition, et dans les meilleurs délais. La holding sera appelée à assurer la coordination du pôle public, maintenir les spécificités des entités qui la composent, rationaliser leur organisation et leur fonctionnement ainsi que la cohérence de leurs stratégies. Il ne s’agira nullement d’une absorption de Soread 2M par la SNRT. Les parts détenues par le privé seront certes rachetée par l’Etat. Les actions détenues par l’Etat dans les différentes sociétés nationales de l’audiovisuel seraient apportées à la société à créer. Les deux chaînes et leurs structures devront être réorganisées en filiales. Les entités filiales du holding devraient avoir des directeurs disposant de l’autonomie nécessaire pour exécuter les programmes dont ils sont comptables. Ceux-ci devront veiller à conserver l’authenticité des services et leur diversité, notamment dans l’élaboration des grilles des programmes, la conception et la production d’émissions, dans le respect de la stratégie élaborée au niveau du holding. Ceci étant, Laraïchi sera président de l’ensemble de ces filiales, ce qui devrait permettre d’assurer la mise en œuvre d’actions communes et l’exécution des stratégies adoptées. Parmi les objectifs majeurs de ce rapprochement, la rationalisation des ressources et la recherche de l’efficacité dans le cadre d’un pôle public performant et cohérent, capable de faire face à l’arrivée imminente de nouveaux services proposés par les opérateurs privés. Ce rapprochement se veut ainsi un moyen de parer les déficiences et dysfonctionnements constatés dans la pratique. Il s’agit, d’une part, d’éviter les déperditions actuelles et les surcoûts occasionnés par les dédoublements en matière d’édition des services, de télédiffusion, de production, d’archivage, de formation… D’autre part, l’objectif est de mettre fin à une concurrence contre-nature opposant actuellement les deux chaînes, SNRT et 2M étant toutes les deux publiques.


Troisième voie

LE rapprochement entamé entre la SNRT et Soread 2M met fin aux thèses voulant que la chaîne de Aïn Sebaâ redevienne chaîne privée. Entre les deux scénarii, le choix semble ainsi fait. Mais il n’est pas tranché pour autant. Une troisième option commence à planer à l’horizon, celle de mettre à niveau la deuxième chaîne, tout en lui faisant profiter de la manne financière de l’Etat, dans la perspective d’une privatisation future. Semblable à celui qu’ont connu plusieurs établissements publics, privatisés et sur le point de l’être, ce schéma n’est pas exclu.Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc