×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Débarquement de poissons
Le poulpe tire la valeur vers le haut

Par L'Economiste | Edition N°:2216 Le 17/02/2006 | Partager

. Il a réalisé 26% de la valeur des débarquements de 2005. L’ONP dévoile son plan d’orientation stratégique 2006-2010SORTIE de crise après deux ans de récession. 2005 aura été une année de faste pour les débarquements de la pêche côtière et artisanale. Au-delà du volume qui a atteint 876.000 tonnes (hausse de 2%), c’est la valeur du poisson débarqué (3,4 milliards de DH) qui fait la différence avec une progression de 12%. C’est principalement le poulpe qui a été à l’origine de ce bond. Alors qu’il ne représente que 3% des débarquements, il a permis de réaliser 26% de la valeur avec 885 millions de DH. Son prix moyen au débarquement a varié de 37 à 40 DH le kilo durant l’année 2005, alors qu’il n’était que de 30 DH en 2004. Les responsables de l’ONP expliquent cette performance par la nouvelle organisation mise en place depuis fin 2004 dans les villages de pêche de la région de Dakhla. En effet, trois de ces villages se sont spécialisés dans le poulpe grâce à des structures de commercialisation adaptées comme l’informatisation de la vente, introduite en 2005. L’objectif à terme est de pallier la dispersion des débarquements dans les provinces du Sud. L’année 2005 s’est aussi caractérisée par le démarrage de l’exploitation du stock de petits pélagiques dit stock «C», situé entre Boujdour et Lagouira. A fin décembre 2005, ces débarquements ont avoisiné les 92.000 tonnes pour une valeur de l’ordre de 114 MDH. Aujourd’hui, la profession est en pourparlers avec le ministère de tutelle pour l’adoption du premier plan d’aménagement du poisson pélagique. Outre les résultats de 2005, l’ONP, qui a tenu son conseil d’administration le mardi 14 février à Rabat, s’est également penché sur le plan d’action de 2006 et son plan d’orientation stratégique qui s’étale sur la période 2006-2010. Ce dernier a été doté d’une enveloppe de 742 millions de DH dédiée à des opérations d’investissements. 2006 sera une année charnière puisque 30% de l’effort d’investissement y seront réalisés, soit 238 millions de DH, définis en termes de crédits de paiement. C’est aussi une année d’accélération des projets qui se caractérisera notamment par le lancement de la halle de Laâyoune, la plus grande au Maroc. L’un des axes principaux de ce plan concerne le renforcement et la poursuite de la mise à niveau des infrastructures de commercialisation. Selon Majid El Ghaïb, directeur général de l’ONP, la construction de 11 nouvelles halles est programmée durant cette période pour un montant global de 224 millions de DH. Durant l’année 2006, l’ONP devra à ce propos aplatir les écueils liés à la disponibilité des terrains qui devront accueillir les halles dites de nouvelle génération. L’Office prend pour référence la halle-pilote de Nador qui a été dotée d’un système de maîtrise des risques liés à la qualité du poisson débarqué. Les marchés de gros de poissons représentent l’élément nouveau du plan d’orientation stratégique 2006-2010. Selon El Ghaïb, ce dernier a programmé la construction d’un réseau de 9 marchés en partenariat avec les collectivités locales. Ce projet, qui devra améliorer les circuits de distribution et encourager la consommation nationale de poisson, nécessitera un investissement de 150 millions de DH, financés à hauteur de 50% par l’ONP. Normalement, les marchés de gros devaient voir le jour bien avant, mais il a été à chaque fois question de blocages d’ordre administratif. Aujourd’hui que l’ONP est forte de la convention-cadre signée en août 2005 avec la Direction générale des collectivités locales (DGCL), elle dispose de l’assise juridique requise pour se lancer dans plusieurs projets de marchés de gros. Après Casablanca, c’est la ville de Tanger qui est deuxième sur la liste. La qualité du poisson débarqué dépend aussi de celle des barques et bateaux de pêche. Pour cette raison, l’année 2006 sera celle de la mise en place d’un Fonds de garantie voué à la modernisation de la flotte. Il sera doté de 260 millions de DH. L’ONP y participe à raison de 30 millions de DH, est-il indiqué. En effet, la modernisation de la flotte est aujourd’hui plus que jamais requise pour être compétitif sur le marché mondial. Les conserveurs et producteurs de la farine de poisson sont plus regardants que par le passé quant à la qualité du poisson qu’ils utilisent comme matière première. Ce sont de gros consommateurs de poissons. En effet, les débarquements des produits de la pêche côtière et artisanale ont été principalement destinés à la conserve et à la farine et l’huile de poisson, avec respectivement 55% et 38% des quantités débarquées.M. Bk.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc