×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Sida: Pacte pour promouvoir les génériques

Par L'Economiste | Edition N°:1813 Le 16/07/2004 | Partager

. Il permettra le traitement de 10 millions de personnes avec un coût inférieur de 80% Six pays confrontés à de sérieuses épidémies de sida ont conclu un pacte promouvant les médicaments à bas prix, ont annoncé des responsables lors de la Conférence internationale sur le sida (IAC) qui se tient à Bangkok.Trois de ces pays (la Chine, la Thaïlande et le Brésil) sont parmi les plus gros producteurs de «médicaments pirates», les antirétroviraux (ARV) génériques. Les autres pays participants sont la Russie, le Nigeria et l’Ukraine.Ce pacte a pour objectif de permettre le traitement de 10 millions de personnes avec ces médications d’un coût de 80% inférieur à ceux des grands laboratoires pharmaceutiques occidentaux.Les six pays pourraient entériner un pacte conclu sous l’égide de l’OMC en 2001 qui permet aux pays confrontés à une situation de crise sanitaire de ne pas respecter les brevets, quand leur accord aura été formellement signé.«Il s’agit d’une coopération entre pays en voie de développement. Nous ne sommes pas un réseau anti-américain», a déclaré Pakdee Phothisiri, secrétaire permanente adjointe au ministère thaïlandais de la Santé. «Cette coopération va augmenter les possibilités de développer et de produire des médicaments génériques», a-t-elle ajouté. «Les Etats-Unis ont adopté une politique de protection des brevets détenus par les fabricants de médicaments et permettent à ces producteurs de conclure des accords bilatéraux pour vendre leurs médicaments à des prix moins élevés aux pays pauvres.Mais certains pays qui participent au pacte, comme le Brésil, à l’initiative de cet accord, souhaitent casser certains accords de brevets. «La santé publique vient avant les intérêts commerciaux», a déclaré Alexandre Domingues Grangeiro, directeur du programme sida au ministère brésilien de la Santé, cité par le quotidien thaïlandais The Nation. D’autres pays, comme la Chine, sont toutefois plus réticents à enfreindre les brevets, même s’ils soutiennent l’idée de médicaments bon marché.L’Inde et l’Afrique du Sud envisagent de se joindre au pacte.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc