×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Safran crée Sagem
    Sécurité Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:2639 Le 26/10/2007 | Partager

    . Une convention entre le géant français et l’Etat marocain. Un investissement de 60 millions de DH sur 4 à 5 ansLA rencontre entre la CGEM et le Medef, le 24 octobre à Marrakech, était l’occasion pour le groupe Safran de lancer une nouvelle offensive au Maroc. Le géant français de l’aéronautique et des technologies de l’information a signé une convention avec l’Etat portant sur la création de Sagem Sécurité Maroc. «Cette nouvelle structure aura pour mission de développer de nouvelles applications sécuritaires, notamment dans le domaine des logiciels de biométrie», explique d’emblée Hamid Benbrahim El Andaloussi, délégué général du groupe Safran au Maroc et directeur général de la nouvelle société. Celle-ci est une filiale de Sagem Sécurité, leader mondial de la biométrie.Le président-directeur général du groupe Safran Jean-Paul Hertman a fait lui même le déplacement pour signer la convention avec Nizar Baraka, ministre des Affaires économiques et générales, et son homoligue Ahmed Réda Chami, chargé du Commerce et de l’Industrie. Située dans le centre d’activités du Safran mitoyen de Casashore, la nouvelle entité mobilisera un investissement de 60 millions de DH sur une période allant de 4 à 5 ans. «La valeur ajoutée de cet investissement ne se limite pas à la somme investie. Elle réside surtout dans le transfert d’expertise et de savoir-faire dans cette technologie de pointe», précise Benbrahim El Andaloussi.Sagem Sécurité Maroc emploiera 200 ingénieurs et techniciens supérieurs marocains. Elle conçoit déjà des programmes de formation pour les mettre à niveau des exigences du groupe. La nouvelle structure sera une base de développement pour les projets de la société mère, Sagem Sécurité. Elle participera à la promotion de la biométrie non seulement au Maroc mais dans toute l’Afrique. Cette nouvelle génération de solution sécuritaire présente un énorme potentiel au Maroc. Après l’attribution des marchés relatifs aux cartes d’identité, permis de conduire et cartes grises biométriques, plusieurs autres chantiers sont encore à mener. A court et moyen terme: la numérisation des passeports et la mise en place des cartes de santé biométriques. A noter que Sagem Sécurité fait partie du consortium adjudicataire du marché des permis de conduire et des cartes grises. En Afrique, la biométrie est encore embryonnaire. Mais il est voué à se développer, en raison des exigences réglementaires de l’Europe et des Etats-Unis. En s’engageant dans cette convention, Safran met en place sa sixième filiale au Maroc. C’est le premier employeur dans l’activité de l’aéronautique avec 1.500 portes. «Nous contribuons à faire du Maroc une base internationale pour cette industrie», souligne le délégué général du groupe au Maroc.Le groupe opère d’abord dans l’entretien des aéronefs dans le cadre d’une joint-venture avec la Royal Air Maroc (Snecma). Dans l’activité du câblage aéronautique, il dispose de deux filiales. La première, Matis, est créée en partenariat avec Boeing et la RAM à Nouaceur. La seconde, Labinal Maroc, se trouve à Témara. La quatrième filiale du groupe, Aircelles, est spécialisée dans la fabrication des nacelles d’avion. A côté de Casashore, Safran a récemment ouvert son bureau d’études et d’ingénierie qu’elle a baptisée Teuchos. Nouaim SQALLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc