×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Safi: La pêche, maillon fort de l’activité économique

Par L'Economiste | Edition N°:2316 Le 11/07/2006 | Partager

. Malgré une production en dents de scie . 70% destiné aux conserveries Avec un littoral s’étendant sur 120 km, la pêche constitue la principale ressource pour la province de Safi. L’activité fait vivre un nombre important de familles dans la ville. Des dizaines de douars côtiers dépendent aussi des métiers liés à la mer. La flotte safiote avec ses 411 bateaux enregistrés auprès de la délégation des pêches maritimes (DPM) représente 17 % au niveau national. Et avec sa flottille artisanale qui compte 955 canots, le secteur emploie actuellement dans les 32.000 marins. Ce qui représente 22% de l’effectif national. Pour dire que c’est le secteur locomotive dans la province. Ainsi, une activité industrielle liée au secteur s’est naturellement développée à Safi. Celle-ci est liée à la conserverie, à la congélation, aux sous-produits, au frais, aux crustacés vivants, et à la salaison des anchois. Le port dispose de 25 chantiers navals qui construisent dans les 60 unités et réparent quelque 300 navires par an. Cependant, la mise à niveau nécessaire à la structuration du secteur n’arrive pas encore à vraiment se déterminer. Des facteurs freinent et limitent le développement de la pêche dans la région, est-il indiqué par la Délégation des pêches maritimes de Safi. Les techniques de pêche peu développées et la flotte qui est de conception artisanale ont fait chuter la production. A fin mai 2006, les débarquements dans la circonscription maritime de Safi, y compris le village de pêche de Souiria Kedima, se sont élevés à près de 7.000 tonnes pour une valeur avoisinant les 46 millions de DH. En 2005, les débarquements ont atteint durant toute l’année 29 mille tonnes représentant plus de 137 millions de DH. Contre  un peu plus de 26.073 tonnes en 2004 avec une valeur de 125 millions DH. Malgré une hausse sensible, la production demeure inconstante avec parfois même des régressions très affichées d’une année à l’autre. En effet, la production avait considérablement chuté en 2002. Par ailleurs, le poisson pélagique se taille, comme toujours, la part du lion dans la production totale avec une valeur qui a atteint un chiffre d’affaires de 12 millions DH à l’issue des cinq premiers mois de l’année. A noter que 70% de la production sont destinés à la transformation par les conserveries de la capitale des Abda. De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc