×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Pâtisserie: Du sellou en barre dans les rayons

Par L'Economiste | Edition N°:2316 Le 11/07/2006 | Partager

. L’entreprise Orientines compte le présenter au Sial de Paris . Pâtisseries marocaines: 80% de la production exportésVALORISER la pâtisserie marocaine: c’est l’ambition de l’entreprise Orientines, installée à Casablanca. Créée en février 2001 avec un capital de 100.000 DH, elle propose une nouvelle façon de présenter cornes de gazelle, dattes fourrées, sellou ou autres macarons aux amandes (gh’riba), dans des emballages luxueux qui les protègent et les mettent en valeur. Destiné essentiellement à l’export (80% de la production), aux touristes et sociétés qui veulent offrir des cadeaux à leurs partenaires étrangers, les produits Orientines sont également vendus dans les duty-free des aéroports. Les principales destinations sont la France et dans une moindre mesure l’Espagne. Selon Chakira Hakimi, directrice générale de la société et initiatrice du projet, la pâtisserie marocaine est très appréciée. Malheureusement, elle n’est pas assez mise en valeur. Pour cette originaire de Fès qui n’aimait pas trop préparer des gâteaux dans sa jeunesse, la pâtisserie est devenue une passion. Elle n’hésite plus à mettre la main à la pâte aux côtés des pâtissières quand les commandes sont nombreuses et les délais de livraison très courts. Après une année 2004 assez difficile «à cause des mesures de sécurité draconiennes dans les aéroports et qui décourageaient les touristes à faire des achats avant d’embarquer», les ventes s’améliorent petit à petit. Orientines a réalisé un chiffre d’affaires de 950.000 DH en 2005 pour une production nette d’environ une tonne et demie. L’entreprise compte développer son business et augmenter son chiffre d’affaires de moitié cette année. Installée dans une discrète villa au quartier Al Hanaa, l’entreprise compte trois personnes pour l’administration et une équipe de pâtissières dont le nombre varie selon les commandes (une à huit personnes). Les beaux emballages en velour, décorés de bijoux en argent, sont fabriqués par des artisans, selon les directives de la patronne. Pour cette ingénieure agroalimentaire, qui a fait ses premières armes dans les laboratoires de biscuiteries et la fabrication des produits glacés, rien ne doit échapper à sa vigilance. Elle veille au grain à toutes les étapes de la production. Choix des produits de base, conception des emballages et envoi de colis. «La moindre petite erreur peut nuire à notre réputation», insiste Hakimi. Selon elle, le prix du transport reste pénalisant. Un kilogramme expédié par voie terrestre vers Paris coûte 2 euros (22 DH), alors qu’en Tunisie par exemple, il coûte pour la même destination seulement 0,2 euros. Pour booster son activité, Orientines a développé «Sliloo» un produit élaboré à partir de sellou, ce fameux mélange de farine, graines de sésame, amande, miel et autres plantes aromatiques. «Il s’agit de barres entièrement naturelles et hautement énergétiques». Selon Hakimi, leur teneur en fer et en magnésium en fait un produit conseillé aux enfants, aux sportifs ainsi qu’aux femmes en période de grossesse et d’allaitement. Consommé à la cuillère et seulement lors d’occasions assez particulières (Ramadan, baptême), la notoriété de sellou et sa consommation hors du Maroc est assez limitée. D’où l’idée de le mettre en barre afin de faciliter sa consommation en tout lieu et en tout moment, explique Hakimi. Les barres (30 gr) sont commercialisées, dans un premier temps, dans les supérettes, bureaux de tabac, salles de sport et stations-service. Le prix de vente se situe entre 5 et 6 DH, selon les commerces. La cible principale reste donc les enfants, adolescents et sportifs. La production, encore dans sa phase d’expérimentation, est artisanale. «Elle sera développée si tout va bien», indique Hakimi qui compte présenter son «Sliloo» au stand «Tendances et innovations» en octobre à l’occasion du prochain Salon international de l’alimentation (Sial), à Paris.Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc