×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Rover 75: L'Anglaise sort les chromes

Par L'Economiste | Edition N°:624 Le 26/10/1999 | Partager

· La Smeia lance la dernière-née de Rover sur le marché marocain
· Un style profondément british singularise le nouveau modèle


Cette 75 -prononcez "seventy five", Rover l'attendait avec impatience pour redorer une image fanée de constructeur haut de gamme. Première Rover conçue sous l'ère BMW débutée il y a cinq ans, la 75, qui vient d'être lancée sur le marché marocain par la Smeia, remplace simultanément la surannée 800 et l'élégante 600, lancées respectivement en 1986 et 1993. L'objectif affiché par le concessionnaire exclusif de la marque est de réaliser quelque 150 véhicules au terme de la première année. Ambitieux, mais quelque peu difficile, car la 75 chasse, en termes de positionnement, sur le terrain très concurrentiel de la Mercedes classe C.
Dessinée par le bureau de style maison, cette berline incarne la volonté des concepteurs Rover de construire une voiture aux apparences et au style profondément british... Une démarche totalement approuvée et même encouragée par BMW. La 75 est ainsi une vraie Rover, pensée, dessinée, développée, essayée et admise par les responsables de la marque. Le résultat illustre bien la réussite dans ce domaine.
La benjamine de Rover vient d'ailleurs d'être consacrée "meilleure voiture de l'année" par un jury de journalistes spécialisés européens, séduits par la "Britannic touch" de cette 75.
En effet, le profil affiné, la ligne plantureuse et la large calandre évoquent irrésistiblement ceux d'une berline Jaguar, il y a quelques années.
En vraie Britannique, la 75 consomme force chromes: pour souligner les phares, en guise de baguettes latérales, en forme de ceinture de caisse, sur les pare-chocs arrière, sur la fermeture du coffre, sous les portières... Bref, la voiture est étincelante.
En matière de style rétro, l'intérieur aussi n'est pas en reste. Les instruments, disposés sur la planche de bord (elle-même en bois précieux) sont aussi cerclés de chrome. Sobre, riche mais sans ostentation, la finition intérieure irréprochable s'ancre bien elle aussi dans le style british. Et toutes les Rover 75 (il existe trois niveaux d'équipements pour quatre variantes de cylindrées) sont dotées d'un petit volant gainé cuir, tout comme la poignée de frein à main, le volant et la commande de boîte de vitesses (manuelle ou automatique).
Longue comme une BMW série 5 (4,75 m), la 75 peut accueillir cinq places, mais sera parfaite, dixit Rover, pour quatre adultes dans des conditions de confort extrême.
Au Maroc, la Smeia commercialisera les quatre motorisations disponibles: la 2l/116 chevaux turbodiesel (à partir de 355.000 DH), la 4 cylindres 1,8l/120 ch (à partir de 329.000 DH) et les 6 cylindres en ligne 2,0l/150 ch et 2,5l/177 ch (à partir de 415.000 DH). Parmi ces quatre groupes, seul le diesel est emprunté à BMW, les trois autres moteurs ont été développés spécifiquement par les ingénieurs maison dans la ligne anglaise, toute en onctuosité et en souplesse. La Rover 75 est avant tout destinée à des conducteurs qui recherchent le plaisir de conduire, sans vouloir établir des records de vitesse.

Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc