×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

La veille sanitaire, cette oubliée!

Par L'Economiste | Edition N°:624 Le 26/10/1999 | Partager

· La diminution des risques de contamination commence par une bonne désinfection des locaux agro-industriels
· Toute la chaîne de production et de distribution doit aussi être prise en compte


Pourquoi les pharmacies marocaines comptent-elles plus d'anti-infectueux que d'antidépresseurs par exemple par rapport à d'autres pays? Certains diront que chaque société a ses maux. Mais la très grande disproportion entre ces deux types de médicaments est un indicateur qui ne trompe pas. De l'avis de certains spécialistes, l'hygiène globalement, et plus particulièrement l'hygiène alimentaire fait défaut dans notre pays. L'affaire des intoxications alimentaires, déclenchées depuis l'été, le confirme. Qu'il s'agisse de lait caillé, de mortadelle ou encore de glace contaminée, les mêmes cas se répètent. En cause, les conditions d'hygiène dans lesquelles sont préparés les aliments. Pour débattre du sujet, plusieurs chercheurs et professionnels se sont donnés rendez-vous, à l'initiative du laboratoire Addawa, le jeudi 21 octobre dernier à Casablanca. Cette table ronde a été aussi une occasion pour annoncer l'introduction au Maroc de la gamme du laboratoire français Ceetal. Celle-ci englobe des produits destinés à la désinfection et au nettoyage des locaux réservés à l'élevage intensif et aux installations agro-alimentaires.
Selon M. El Hachami Al Arabi Najat, du cabinet marocain Eureka, c'est au niveau de ces installations que le travail doit commencer. Pour lui, il est nécessaire que les opérateurs intègrent dans leur gestion la dimension sanitaire. Il est aussi important de confier la tâche de désinfection à des professionnels, car "une mauvaise utilisation des produits peut diminuer leur efficacité ou même conduire à des résultats catastrophiques", a-t-il ajouté. Cependant, "ces mêmes professionnels n'observent pas eux-mêmes les conditions de base d'hygiène lors de la désinfection (port de calots et de combinaisons, rinçage des mains,...)", indique M. Henri Callet, responsable Marketing de Ceetal. Pis, certains d'entre eux ne connaissent même pas les spécifications des produits qu'ils utilisent. Résultat, une désinfection mal conduite et des locaux qui restent toujours infestés et qui comportent donc des risques de contamination des produits usinés. Le transport des aliments pose aussi problème. "Les conditions de transport par camion de la viande par exemple sont actuellement inadmissibles", précise M. El Hachami. Il en est de même du stockage, ajoute-t-il.
Selon les participants à cette rencontre, le travail de désinfection doit donc concerner tous les maillons de la chaîne, de la production à la distribution en passant par le transport.

Abdelaziz MEFTAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc