×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Rôle de la presse: «L’enjeu des prochaines années»Dilami, président de la Fédération des éditeurs de journaux

Par L'Economiste | Edition N°:2267 Le 03/05/2006 | Partager

Personne ne peut contester l’évolution de la liberté de la presse ces dernières années. Mais c’est justement parce ces libertés sont nouvelles que les combats de fond sur la loi doivent être plus que jamais menés. Ce qui n’est pas le cas. Il faudra encore du temps, pour légiférer sur le droit à l’information, pour favoriser les enquêtes au lieu de les restreindre. Le Pr. Abdelmounaïm Dilami, professeur de droit, président de la Fédération des éditeurs de journaux et PDG d’Eco-Médias revient sur les enjeux de la presse nationale- Réforme du code de la presse, courageuse ou pas?- Le projet de réforme du code de la presse, qui n’est pas encore soumis au Conseil du gouvernement, propose essentiellement de supprimer les peines privatives de liberté. Nous avons abouti à l’élimination de la plupart d’entre elles, excepté celles relatives aux valeurs sacrées, qui sont de toute façon normées dans le droit général. Ont été éliminées les peines privatives de délit de presse. Le champ des libertés s’est énormément élargi ces dix dernières années. Aussi, le niveau d’exigence est plus élevé que par le passé. Mais ce n’est pas encore assez. Dans le code de la presse, il y a une inadéquation entre l’infraction et les sanctions. Par exemple, le droit de réponse n’est pas adapté à la presse moderne. Aussi, la notion de diffamation n’est pas suffisamment précisée. Il y a un travail manifeste de précision, de finition à accomplir. Comme également l’élaboration d’une jurisprudence. C’est un exercice nouveau et nous sommes encore dans une philosophie inadaptée. La non-information étant encore la règle et l’information l’exception. Dès lors que la diffusion de l’information est une exception, l’exercice est difficile dans un environnement culturel où la règle c’est de se taire. Le juge doit percevoir cette réalité. La charge de la preuve écrite pour les enquêtes?- L’approche philosophique n’a pas changé, nous sommes dans une législation qui est sous un angle technique. Normalement, le Parlement devrait avoir ce genre de débats, et ce devrait être le débat des prochaines années.. Le droit à l’information?- Il faut d’abord que l’information soit réglementée et légiférée, donc poser les critères d’informations diffusables. Concrètement, le droit à l’information, tel que nous l’avons, n’est pas applicable. Une règle de droit est d’abord une norme et une sanction. Ce qui n’est pas le cas dans l’article concerné.. Alors quel sens a cet article?- On peut dire que c’est une aspiration…. La mise à niveau?- Le contrat-programme est censé être la carotte, puisqu’il conditionne à un minimum d’organisation les subventions. Et pour cela, l’entreprise doit au moins exister vis-à-vis des couvertures sociales et du fisc!. Un marché de lecteurs important pour favoriser la liberté de la presse?- Près de la moitié de l’économie marocaine est informelle, pourquoi voulez-vous que la presse échappe à cette donne? Comptons grosso modo 5 millions de personnes actives, et leur famille, opérant dans l’économie moderne. Le marché potentiel des lecteurs est de près de un million. L’expansion est liée aux conditions économiques.. L’enjeu aujourd’hui pour la presse nationale?- Déjà, continuer à exister et à s’adapter à tous les changements.. L’évolution du paysage de la presse marocaine?- Passer de l’informel au formel, s’organiser; ce qui se dessine ce sont trois, quatre grands groupes de presse. Propos recueillis par Mouna KADIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc