×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Réunis au Hyatt Regency à Casablanca : Trésoriers d'entreprises: des compétences rares pour un casse tête quotidien

    Par L'Economiste | Edition N°:51 Le 29/10/1992 | Partager

    L'Economiste réunit régulièrement des cadres pour un Job description de leur fonction. Les perturbations financières que connaissent les entreprises mettent en avant leurs trésoriers. Ce sont des hommes du quotidien, de la gestion en temps réel, mais aussi des stratèges

    La crise de trésorerie des entreprises va-t-elle profiter aux trésoriers? En Europe, c'était le boom économique et financier, des années 80 qui avait revalorisé les fonctions directement liées à l'argent: banque, paiements, bourse... Au Maroc, un marché financier limité, n'a pas permis comme à Wall Street le développement des Golden Boys, bien nommés. Les difficultés de trésorerie devenant la préoccupation majeure des entreprises, l'argent devenant rare et cher, le gestionnaire de trésorerie pourrait devenir un personnage sollicité et important.

    Amalgame finances-trésorerie

    La recherche de trésorier pour débattre de la fonction révèle d'abord que peu de cadres portent le titre de trésorier. Il est quasi impossible de trouver un "directeur de trésorerie". Ce titre est toujours un indice de maturité, d'une fonction: il y a eu des directions de Marketing, des Directions de Personnel, dans ce sens.
    Ceux qui portent le titre de "chef" de département ou de service sont tout aussi rares. Les entreprises qui confient cette fonction à un cadre sont l'émanation des multinationales: Pfizer, Ciments Français, Carnaud. Dans la plupart des grandes entreprises marocaines, la gestion de trésorerie est intégrée à une Direction Financière. Dans les PME familiales, elle est confiée à une petit employé, au comptable, et elle est assumée par le "patron". Une hérésie pour les bibles du management comme celle du Boston Consulting Group, fameux organisme de conseil américain: la trésorerie est par nature "extra comptable" car il y a "risque", en l'occurrence possibilité de détournement.
    Quant à l'amalgame Direction Financière - fonction de trésorerie, il contredit un principe académique simple. Est financier ce qui concerne le haut de bilan, les ressources ou les emplois à moyen ou long terme, à plus d'un an. Est trésorerie ce qui concerne le bas de bilan, les ressources ou les emplois à court terme, à moins d'un an. Le critère de distinction est donc le temps.
    Dans la réalité marocaine, les financements, pour la plupart, sont à court terme. Le moyen et long terme étant l'exception, octroyé surtout par une banque spécialisée (la BNDE). Il est décidé, non au niveau managériale, mais "politique", au moins par un directeur général, sinon par un président, voire par un conseil d'administration. Du coup, les directeurs financiers résistent à accepter de se défaire de la gestion de trésorerie, qui reste l'essentiel de leur fonction.

    Trésorerie zéro

    Qu'elle soit assurée par un trésorier ou un directeur financier, la gestion de trésorerie pose quelques problèmes de définition.
    Dans sa plus simple expression, la fonction consiste à "gérer les encaissements et les décaissements, maintenir l'équilibre entre les comptes bancaires, placer l'excédent", rappelle Fatima Bellatig, Trésorière de la Société des Ciments d'Agadir. Il ne s'agit pas de maximiser la trésorerie: l'argent coûte directement s'il est emprunté. Il subit un "coût d'opportunité", ou un manque à gagner s'il reste en caisse, comme une encaisse oisive. C'est la fameuse règle de la trésorerie zéro.
    Le trésorier dispose donc d'une ressource rare dont il doit optimiser l'utilisation. "Il lui revient de réaliser les transactions au meilleur coût, de rentabiliser les opérations", explique Abdellatif Idmahamma, Directeur Central de la Comptabilité et des Finances de la Banque Centrale Populaire.
    En charge de la trésorerie de la BCP, il explique que cette fonction est le coeur de l'activité bancaire: elle fournit la ressource et le produit. Elle est donc soumise au calcul optimal. "L'entreprise industrielle ou commerciale peut néanmoins s'orienter vers une utilisation non optimale pour d'autres considérations stratégiques". Peut-être, mais sans baisser la garde vis-à-vis des banques qui ne font pas de cadeaux, en matière de taux d'intérêt, de frais financiers. "Le trésorier est d'abord celui qui suit les opérations bancaires et les dates de valeurs, pour ne pas en subir des coûts injustifiés", rétorque Mohammed Tougani, Directeur Financier de la chaîne hôtelière Safir.

    Dans le coup

    Le poids des tâches ingrates de contrôle, de pointage des états de rapprochement, de tenue des comptes domine actuellement la fonction au point de bloquer l'épanouissement de ses hommes.
    Si ce quotidien est maîtrisé, le rôle du trésorier pourrait évoluer, "dépasser les préoccupations au jour le jour, le court terme", selon l'expression d'Abdelhak Smires, Chef de groupe des Entreprises Casa-Centre à la BMCI. Plutôt que de subir, le trésorier est prêt à anticiper ces besoins quotidiens en participant à l'établissement des budgets, "moments privilégiés de la gestion de l'entreprise", affirme Saïd Lamrani, Directeur Financier de Soread (2MI). Le même souci de "ne pas rester tributaire des éléments internes et externes, mais d'anticiper et de décider" est exprimé par Jamil Taouirsa, Directeur Financier du groupe des Brasseries du Maroc. C'est l'intégration du calcul au jour le jour, des plans à long terme qui est souhaité.
    Les trésoriers sont sûrs de leurs techniques. Encore faut-il que les directions générales les "mettent dans le coup", explique Mehdi Aboulfaraj, Trésorier de Pfizer.
    Quand bien même une entreprise donne délégation à son trésorier pour prévoir, anticiper, agir, il faut qu'il trouve l'environnement, le marché adéquat. Les gestionnaires de trésorerie entant que partenaires banquiers appellent de leurs voeux un marché financier, pour exercer leurs compétences et leurs talents. "Le trésorier ne peut acquérir ses lettres de noblesse que s'il existe des organes qui lui permettent de "gérer" ses créances et dettes", explique Hassan Belnbachir, Directeur Central des activités bancaires à la B.C.P. Il manque le champ d'application pour rendre les créances et les dettes réellement liquides. Chacun attend la réforme de la bourse où il va investir ses excédents et "réaliser" ses titres pour de l'argent frais. Un marché secondaire, banques entreprises ou entreprises-entreprises permettrait au trésorier d'exercer son sens commercial, son imagination, sa capacité d'anticipation.

    Centre de profit

    Le gestionnaire de trésorerie deviendrait alors actif, son service serait alors considéré comme un centre de profit. Il apporterait sa contribution à la rentabilité générale de l'entreprise. Plus encore, les profits financiers ne seraient plus des "produits accessoires" de l'activité. M. Idmahamma (BCP) rappelle qu'en Europe, le trésorier en arrive à gérer ses flux dans cet objectif, indépendamment des flux de marchandises, d'achat et de vente. Dans les années 80, les produits financiers des grands groupes industriels dépassaient les marges sur produits.
    C'est une analyse de banquier, qui n'emporte pas l'adhésion des gestionnaires de trésorerier des industries marocaines. Cependant les trésoriers d'entreprise restent vigilants à toute attitude, à toute information des banques qui se trouvent être leurs fournisseurs ou leur clients.
    D'une manière générale, la relation avec le banquier préoccupe le trésorier. Les trésoriers reprochent aux banquiers de ne pas leur servir une information en temps réel. Les banquiers leur reprochent de mal exprimer leur besoins. "C'est par la presse et non pa le banquier que je prends connaissance d'une simple disposition de l'Office des Changes", rappelle Abdelhak Rahal, trésorier de Carnaud Maroc. Il s'étonne du manque d'informations plus techniques informations plus complexes. "Les banques seront en Janvier soumises au ratio cook, où seront inclus les engagements par signature. Comment se fait-il que les banquiers n'aient pas avisé leurs clients pour les prévenir?".

    Connexions banques entreprises

    Dans le quotidien, le trésorier reste encore soucieux de l'ordre de virement, du simple chèque émis. Il ne sait pas quand il est effectivement remis à l'encaissement. Ce ne sont pas les relevés bancaires qui permettent la gestion au jour le jour, en temps réel, en date de valeur, pour reprendre l'expression qui obsède ce milieu.
    La nécessité de connexion directe avec les banques est fortement ressentie dans les entreprises. Les banquiers présents se disent prêts à développer ses réseaux, dans la mesure où les entreprises acceptent d'en payer le prix. Ils s'interrogent néanmoins sur le nombre d'utilisateurs potentiels, pour justifier les investissements. "Il n'y a que le marché qui détermine le développement de tels moyens sophistiqués", explique M. Ben Bachir. Peu convaincu, un trésorier d'industrie rétorque "les banques vont-elle aligner leurs technologies sur la moyenne des entreprises, où sur les plus performantes, qui rapportent".
    Performantes! Les banques souhaitent en trouver plus. Combien d'entreprises peuvent établir un plan de trésorerie, faciliter la décision bancaire d'octroi des crédits, l'évaluation du risque. La banque a tout intérêt à trouver donc un interlocuteur qui parle son langage. Au besoin, un de ses ancien collaborateur.
    Quand les participants tracent le cursus idéal du trésorier d'entreprise, l'expérience bancaire est un atout, voire un passage obligé. D'ailleurs, beaucoup de jeunes cadres de banque avouent qu'ils ne cherchent qu'une expérience, à valoriser un jour dans une entreprise. Deux raisons expliquent leur attitude: Les salaires sont soumis à des grilles communes au GPBM. Les perspectives de promotion sont différées ou limitées par l'âge (40-45 ans) des directeurs en place.

    Khalid BELYAZID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc