×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Baisse des ventes et explosion des réimmatriculations en Janvier-Septembre 1992

    Par L'Economiste | Edition N°:51 Le 29/10/1992 | Partager

    Les ventes de voitures particulières de Janvier à Septembre 1992 ont baissé de 24% pour atteindre 7.799 unités, contre 10.208 au cours de la même période de 1991. En 1990, elles avaient augmenté de 14% par rapport à 1991.
    Les ventes de voitures commerciales sur les neuf premiers mois de 1992, comparées à celles de 1991, ont à leur tour reculé de 12,44% à 4.013 unités, après avoir grimpé de 39% à 4.583 unités entre Janvier-Septembre 1991 par rapport à Janvier-Septembre 1990. Réunies, les transactions de voitures particulières et commerciales ont régressé de 14.791 à 11.812 unités durant les neuf premiers mois de 1992 relativement à la même période de 1991, soit une baisse de 20,14%.
    Concernant les ventes de voitures particulières, l'examen des statistiques fournies par l'Association Marocaine pour l'Industrie et le Commerce de l'Automobile (AMICA) fait ressortir une tendance globale à la baisse pour les quatre marques Citroën, Fiat, Peugeot et Renault. A l'exception de Citroën dont les ventes avaient déjà baissé de 8% en 1991 par rapport à 1990, les transactions sur les voitures Renault, Peugeot et Fiat avaient toutes connu une hausse de 8, 22 et 27% respectivement en 1991 par rapport à 1990, avant de baisser entre Janvier et Septembre 1992.
    Sur les neuf premiers mois de 1992, c'est le mois d'Avril qui a enregistré le plus de ventes de voitures particulières (1.170 unités). C'est d'ailleurs le cas des véhicules Renault (avec 581 unités), Peugeot (407) et Fiat (146). Citroën ayant réalisé le maximum de transactions en Février (55). En 1990 et1991, la période de pointe correspondait respectivement aux mois de Février (1.504 unités) et de Juillet (1.487 unités).
    Les immatriculations de voitures particulières neuves importées ont, elles, sensiblement augmenté. De 136 unités en Janvier-Septembre 1991 elles ont en effet grimpé à 249 unités durant la même période de 1992, soit une progression de 83%. Elles ont culminé en Avril 1992 ( 85 voitures ont fait l'objet d'une immatriculation). Ce redressement correspond en partie à une anticipation d'achat de voitures neuves suite à l'annonce officieuse d'un réaménagement des tarifs douaniers. A partir du 1er Mai 1992, en effet, les droits de douane ont été ramenés de 45 à 40%.
    En 1991, le plus grand nombre d'immatriculations de voitures particulères neuves (66) a été obtenu en Août. En 1990, c'est le mois de Mai qui a connu le maximum d'immatriculations (41) en raison du passage de la liste B à la liste A du PGI des voitures importées à l'état neuf. Auparavant, elles étaient soumises à un certificat d'importation.
    L'analyse des statistiques portant sur les réimmatriculations met en relief une hausse substantielle de 500% durant les neuf premiers mois de 1992. Après avoir porté sur 12.035 voitures particulières en Janvier-Septembre 1990, et 2.550 en 1991, les réimmatriculations ont atteint le chiffre record de 15.291.
    Pour 1991, les réimmatriculations ont repris dès le mois de Juillet (1.281 voitures), période qui correspond au retour des RME et qui suit la mise en application d'une nouvelle grille d'abattement pour le dédouanement des véhicules, décidée le 16 Mai de la même année. Au lieu de varier entre 10 et 65%, les taux d'abattement oscillent depuis cette date entre 10 et 85%.
    Concernant les ventes de la seconde catégorie de voitures, c'est-à-dire commerciales, toutes les marques dont les statistiques figurent sur le document de l'AMICA, à l'exception de Land-Rover, ont affiché une baisse au cours des premiers mois de1992, après avoir augmenté en 1991 par rapport à 1990. Ainsi, les ventes de voitures commerciales de marque Citroën ont accusé en 1992 un recul de 1%, à 1.479 unités relativement à 1991. Les marques Isuzu, Peugeot et Renault ont, dans l'ordre, enregistré des taux de croissance de -9%, -13% et -25%. Les ventes de Land-Rover ayant progressé d'environ 3%.
    Entre Janvier et Septembre 1992, les ventes de voitures commerciales ont atteint un niveau maximum en Janvier, soit 586 unités. En1990 et 1991, c'est le mois de Mai qui a enregistré le plus de ventes.
    Les transactions ayant porté sur les voitures commerciales en 1992 ont culminé en Juillet (245 unités) pour Citroën, en Mai pour Isuzu (38), Janvier pour Land-Rover (53), Mars pour Peugeot (115) et Avril pour Renault (277).
    Les immatriculations de voitures commerciales neuves, quant à elles, se sont élevées à 436 unités en Janvier-Septembre 1992 contre 224 unités sur la même période de 1991, en baisse de 95%. Comparées aux neuf premiers mois de l990, les ventes réalisées en 1991(309 véhicules) avaient régressé de 28%.
    Comme pour les voitures achetées localement, c'est le mois de Janvier qui a enregistré les ventes les plus fortes, c'est-à-dire 169 unités.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc