×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Restauration collective : Eurest Maroc absorbe SGR

    Par L'Economiste | Edition N°:51 Le 29/10/1992 | Partager

    L'absorption de SGR par Eurest Maroc sera effective le premier Novembre. SGR apporte son "relationnel marocain", Eurest Maroc son "know how" en matière de gestion. Des perspectives existent pour doubler le volume d'affaires de la nouvelle société dans les 3 à 5 années à venir.

    Eurest Maroc, société de restauration collective absorbe sa consur, SGR (Société de Gestion et de Restauration) filiale du groupe KAT. La fusion-absorption s'est faite par une re-capitalisation d'Eurest Maroc. L'opération sera finalisée le premier Novembre. Le capital d'Eurest Maroc était de 300.000 Dirhams et celui de SGR était de 500.000. Le capital d'Eurest Maroc qui a été porté à 1 million de Dirhams, sera donc détenu par Eurest International à hauteur de 60% et par le groupe KAT à hauteur de 40%.
    "Eurest Maroc ouvre son capital à une participation importante d'un groupe marocain qui renforcera sa maîtrise des sensibilités marocaines, des particularités du marché et du personnel", explique M. Paul Duverger, Directeur Général d'Eurest Maroc.
    De son côté, Eurest Maroc apporte son "know how" pour ce qui est de la gestion des restaurants.

    Assainissement de la gestion

    L'organisation d'Eurest Maroc est axée sur la décentralisation de la gestion au niveau de l'ensemble des restaurants gérés par la société. Par ailleurs, il y a une centralisation comptable de tous les établissements au niveau du siège. Une directrice financière et administrative a été engagée pour la remise en ordre de la gestion et l'informatisation de la compatibilité des différents établissements.
    La fusion des deux sociétés s'est également accompagnée d'une complémentarité des équipes. Deux nouveaux postes ont été créés. Une direction d'exploitation est désormais attribuée à l'ancien Directeur de SGR, M. Tmim, lequel est assisté par M. Jouiry, inspecteur des établissements.
    Il y a d'autres raisons à la fusion. M. Duverger déclare que "le marché est trop restreint pour un développement de deux grandes sociétés dans la restauration des collectivités". En effet, plusieurs facteurs bloquent encore l'épanouissement de cette activité. D'abord l'horaire continu n'est pas encore généralisé. Ensuite les syndicats militent beaucoup plus pour une prime de panier que pour un repas au restaurant d'entreprise. Aussi, les entreprises n'ont pas toujours les moyens de financer, outre les installations de cuisine, près de 70% du coût des repas. Les employés n'ayant pas les moyens de payer plus de 30% du prix du repas, compte tenu de leur faible pouvoir d'achat. Enfin, le taux de la TVA de 19% est jugé élevé. En France, par exemple, il existe une différenciation entre restauration à grande échelle et restauration d'entreprise qui bénéficie d'un taux de TVA réduit.

    5.000 couverts par jour

    Si le marché est encore restreint, les perspectives pour le futur prêtent à l'optimisme. Les entreprises qui construisent actuellement leur nouveau siège conçoivent les restaurants d'entreprise même si ces derniers ne seront pas opérationnels de suite. Actuellement, Eurest Maroc sert 5.000 couverts par jour. Son objectif est d'atteindre les 10.000 ou 15.000 couverts dans les 3 à 5 ans.
    La société propose également une aide d'ingénierie au moment de la conception ou de la transformation de la cuisine. A la condition qu'Eurest obtienne le marché de la restauration, ce service est gratuit. Pour le plan de zoning des salles de restauration et des cuisines, la société fait appel à la Direction Technique de la maison mère. "Ce plan de zoning tente de concilier une économie de surface et une fluidité de la clientèle", précise M. Duverger. L'aide d'ingénierie englobe également l'élaboration du cahier de charges pour les appels d'offre relatifs au matériel de cuisine.

    Nutritix, jeu d'éducation nutritionnelle

    Eurest Maroc compte également diversifier sa clientèle. La société a dernièrement obtenu un marché de la restauration scolaire. Il s'agit de la Mission espagnole de Casablanca. Trois employées d'Eurest Maroc se consacrent à assister les petits de 4 à 7 ans. Elles les aident à finir leurs repas et relèvent leurs appréciations de goût et de forme. La société mettra à leur disposition un jeux "Nutritix" pour l'éducation nutritionnelle des enfants dès que la version espagnole sera disponible.
    Eurest Maroc prévoit aussi de décrocher la restauration hospitalière pour les cliniques privées ou semi-privées. Un projet de la société se présente comme suit: installer une cuisine centrale pour la livraison de quelque 1.500 à 2.000 couverts/jour avec une garantie de chaîne de froid ou de chaîne de chaud.
    Pour ce qui est de la restauration du troisième âge, à la différence de ce qui se passe en Europe, Eurest Maroc ne l'inclut pas dans ses objectifs. "Tant mieux", s'exclame M. Duverger. "Heureusement que les familles marocaines sont encore unies. Fait qui limite le développement de guettos pour vieux".

    L. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc