×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Région: La promo manquée de Saïdia

    Par L'Economiste | Edition N°:308 Le 11/12/1997 | Partager

    Saïdia voulait donner l'exemple par la promotion des ressources naturelles. Zèle des officiels et insuffisance des locaux ont perturbé le déroulement de la manifestation.


    L'association des Amis de Saïdia, présidée par le Dr Saïd Benameur, a réussi le tour de force de déplacer jusqu'aux fins fonds de l'Oriental une assistance de qualité. Le centre d'intérêt: un colloque consacré «aux ressources naturelles de la région de l'Oriental sous l'angle du développement durable» organisé les 28 et 29 novembre. Au grand regret de la plupart des participants, les cérémonies officielles ont pris le dessus sur les débats. Plusieurs d'entre eux se sont interrogés sur l'utilité de leur présence puisqu'une grande partie de la première journée fut happée par des festivités ne présentant aucun intérêt à leurs yeux.
    Après les discours d'usage, le cortège officiel accompagnant M. Abdelaâdim El Hafi, secrétaire d'Etat chargé de la Mise en Valeur Agricole, s'est dirigé vers l'autre bout de la ville pour assister au baroud d'honneur de groupes de fantasia venus notamment d'Angad et de Boubker. Des prix leur ont été distribués. Une délégation trillée au volet fut ensuite conduite à la résidence (Saïdia) du gouverneur de la province de Berkane pour une pause café. Cet entracte n'était pas prévu dans le programme.

    A près, ce fut le tour de l'école hôtelière, pourtant jamais démarrée, de les accueillir pour le déjeuner. Au menu: la pastila et le méchoui.
    Le reste du programme prévu dans la matinée a été suivie par un petit groupe comprenant le président de l'Association. Il a consisté en un lâcher de perdreaux fort symbolique. Par ce geste, l'Association entendait participer à la protection de l'environnement et au repeuplement de la forêt. Autre geste de même nature: repeupler les lacs et les retenues de barrages en gambusies. Il s'agissait de lancer la lutte biologique contre les moustiques puisque les gambusies se nourrissent des larves de ces insectes. D'ailleurs, un camion-citerne oxygénée a lâché ces poissons friands de larves dans les marais de l'embouchure du fleuve de la Moulouya. Avec ces deux initiatives, les organisateurs ont tenté de reprendre le dessus et de gagner ainsi sur le temps perdu dans la matinée.

    Salle fermée


    Le lendemain matin, le même scénario y est servi de nouveau. Le programme n'a pu être respecté du fait des télescopages imprévus. La salle où devait se poursuivre les débats du colloque entamés la veille en fin d'après-midi grouillait d'enfants qui doivent accueillir Mlle Zoulikha Nasri, secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires Sociales chargée de l'Entraide Nationale. Celle-ci était à un autre séminaire sur «le rôle des ONG dans le développement durable dans l'Oriental», conçu conjointement par les Amis de Saïdia et SOS-Enfance-Maroc Oriental. Pendant cette manifestation qui n'a pris fin qu'en milieu de journée, les débats du colloque devaient se poursuivre dans une autre salle de l'école hôtelière avec deux ateliers de réflexion portant sur les potentialités de la pêche et de l'aquaculture dans l'Oriental et sur la protection des ressources en eau et des infrastruc-tures de base. Cette matinée devait être présidée par M. Mohamed jellali, directeur général de l'Hydraulique au Ministère de l'Agriculture, de l'Equipement et de l'Environnement. Mais ces travaux n'ont pas eu lieu. Selon les organisateurs, la salle en question a été fermée par les forces de l'ordre. Motif: attendre la fin de la rencontre présidée par Mlle Nasri et le gouverneur.

    Au cours de cette rencontre, les représentants de différentes associations ont fait part de leurs préoccupations et vivement sollicité l'aide pour l'acquisition de locaux.
    Mais auparavant, le Dr Benameur avait proposé aux différentes associations de la région de collaborer afin de constituer un réseau, évitant ainsi de disperser les efforts. Dans cette optique, l'idée d'une charte de partenariat est lancée. Le ministre «saisit» la balle au bond et se dit prêt à parrainer une telle initiative. Le document a été signé et devra être le point de départ de la recherche de financement intérieur et extérieur. Le tout couronné par la distribution de lunettes de vue aux enfants.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc