×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Tribune

Réactions d'un hôtelier

Par L'Economiste | Edition N°:14 Le 30/01/1992 | Partager


J'AI lu avec beaucoup d'intérêt et d'attention l'excellent entretien que vous avez eu avec M. le ministre du Tourisme.
Je me dois de relever énergi-quement 2 points essentiels:
M. le ministre dit «la crise de l'année 1991... a été moins forte que (prévu) on la redoutait... le secteur aura terminé l'année avec une baisse de l'ordre de 15% seulement»!!
Non! pour ce qui concerne Marrakech (où j'exerce) permettez-moi de répondre à M. A. Benslimane que si on prend comme référence le résultat des 8 hôtels qui ont le mieux tourné en 1990, on arrive à environ 60% de moyenne d'occupation sur l'ensemble de l'année.
Si, maintenant que nous disposons des chiffres de 1991, on compare avec l'année qui vient de s'achever, on obtient (toujours pour les 8 établissements qui ont le mieux travaillé) une moyenne de 40%!!
Si je compte bien, cela fait (40/60) une baisse de volume de 33%! En outre si on tient compte du fait qu'en 91 des promotions spéciales ont été faites, on arrive à une perte de chiffre d'affaires de 40 à 50%!

Nous sommes loin des «15% seulement»!
L'exemple de Marrakech est très certainement significatif de la majeure partie du pays.
M. le ministre dit par ailleurs:
«aucune échéance due n'a été payée au CIH par les hôteliers».
C'est vrai, mais c'était la moindre des choses. Ce que nous hôteliers, au moins, (raisonnablement) souhaitions, c'est de ne pas avoir à payer à partir de 1992, les intérêts sur intérêts! je sais de bonne source que l'Etat marocain a bénéficié d'aides internationales multiformes et multiples du fait de la crise subie suite aux problèmes de la guerre du golfe.
Nous demandons simplement à faire partie de ces aides sous la forme d'une annulation des intérêts de l'année 1991 uniquement rien de plus.
«La loi de fin 92 prévoit l'allège-ment...»
Là aussi, c'est la moindre des choses! la TVA ne doit jamais s'appliquer sur une autre taxe, crise ou pas crise.
Hormis ces quelques points, je souhaite féliciter M. Benslimane pour l'état d'esprit qui est le sien ainsi que pour la campagne d'assainissement qu'il a entreprise. Je souhaite que cela continue.o
J.B.T.
Hôtelier à Marrakech

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc