×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Ramadan: L'approvisionnement suffisant

    Par L'Economiste | Edition N°:308 Le 11/12/1997 | Partager

    Légumineuses, riz, lait, dattes... Le panier de la ménagère sera pour ce mois de Ramadan bien rempli. C'est un approvisionnement normal des principales denrées qui est attendu. Le point par produit.


    Les préparatifs pour le mois de Ramadan ont démarré. Cette année, les analystes prévoient un approvisionnement normal des produits-"phares" du mois. Aucune perturbation particulière à l'horizon.
    · Le sucre: Le stock initial de début décembre est de 122.363 tonnes, en baisse de 8% par rapport à début novembre. En décembre, la production totale de sucre s'élèvera à 68.460 tonnes (en recul de 3,25% par rapport à la production de novembre). Le stock final de décembre totalisera 106.678 tonnes, en baisse de près de 13%. Pour autant, "compte tenu du volume existant à fin décembre et de la production de janvier (75.285 tonnes), la demande serait satisfaite en cette denrée", assurent les experts de la Délégation du Commerce et de l'Industrie de Casablanca. Quant aux ventes, elles ont augmenté de 3,3% sur la même période à 84.325 tonnes. Raison: l'effet de stockage en prévision du mois de Ramadan.
    · Les huiles alimentaires: La production de cette denrée enregistre en décembre un bond de 25% par rapport à novembre. Avec les préparatifs pour Ramadan, les ventes subissent une hausse de l'ordre de 5% en décembre comparativement à novembre.

    Rareté sur les marchés extérieurs


    Le stock final (huile raffinée et huile brute) de décembre totalise 49.680 tonnes (+0,4% par rapport à novembre). Le stock de sécurité, signalent les experts, est estimé à un mois et demi de consommation. "Le marché serait donc bien approvisionné pendant la périodeconsidérée".
    · Le beurre: En décembre, les importations sont en hausse de 48% par rapport à novembre (2.280 tonnes contre 1.540). La consommation moyenne mensuelle tourne autour de 1.500 tonnes, augmentant de près de 50% durant le mois de Ramadan. Pour l'heure, certains importateurs n'ont pas présenté leurs prévisions d'importations. A l'origine de cette situation, l'instabilité des prix du beurre à l'échelon international et la rareté de ce produit sur les marchés extérieurs dues aux achats massifs effectués par des pays de l'Est. Ce qui implique un enchérissement de ce produit (2.300 à 2.800 Dollars la tonne). Les experts de la Délégation du Commerce et de l'Industrie signalent que le marché sera également bien approvisionné en margarine, "produit de substitution au beurre", dont les ventes atteignent parfois 2.000 tonnes par mois.
    · Les légumineuses: Produit de Ramadan par excellence, les légumineuses (lentilles, fèves et pois-chiches), connaissent pour cette année un recul de 38% au niveau de la production (1,3 million de quintaux contre 2 millions en 1996).

    Par type de produit, la production et le stock initial des lentilles ont atteint début décembre 220.000 quintaux, en recul de 6,3% par rapport à novembre. De leur côté, les importations, compensant la baisse de la production, enregistrent en décembre une hausse de 160% par rapport à novembre. En définitif, le stock final de décembre totaliserait 213.000 quintaux, en baisse de 3% par rapport à novembre. De 40.000 tonnes en décembre, les ventes doubleront en janvier sous l'effet de la forte demande. Les prix à la consommation constatés actuel-lement varient entre 5,5 à 8 DH/kg selon les variétés contre 4 à 9 DH/Kg l'année dernière.
    Du côté des fèves, c'est un recul de 20% par rapport à novembre qui est relevé au niveau de la production et du stock initial de décembre. Le stock final de décembre s'établit à 160.000 quintaux (20% par rapport à novembre). En janvier, les ventes doubleront par rapport à décembre (80.000 t). Selon les variétés, les prix à la consommation oscillent entre 7 et 10 DH/kg contre 6 et 9 DH/kg l'année précédente.

    Pour les pois-chiches également la production et le stock initial subissent en décembre une baisse, ici de l'ordre de 16,7% par rapport au mois précédent. Le stock de janvier s'élève à 114.000 quintaux (21% par rapport à novembre). Les ventes restent stables: 30.000 quintaux en décembre et janvier. Les prix à la consommation varient entre 6 et 13 DH/kg selon les variétés et les calibres contre 10 et 16 DH/kg au cours de l'année précédente.
    · Le riz: La production du riz en équivalent riz usiné est estimée pour cette année à 317.000 quintaux, soit une hausse de 28% par rapport à 1996.
    La production et le stock initial en décembre s'élèvent à 305.000 quintaux (-6% par rapport à novembre). Le stock final, quant à lui, baisse de 6,5% par rapport à novembre. De décembre à janvier, les ventes passeront du simple au double (20.000 quintaux à 40.000), sous l'effet "harira" contre une consommation moyenne mensuelle tournant autour de 17.000 quintaux.
    · Le lait: C'est une nette amélioration de la production laitière qui est prévue pour 1997. Avec une augmentation de l'ordre de 12%, elle est estimée à environ 950 millions de litres(1). Pour le mois sacré, la demande est évaluée à un peu plus de 50 millions de litres, dont 10 millions de lait UHT.

    · Les oeufs de consommation: La production durant l'année 1997/98 connaîtrait une augmentation de 5% par rapport à 1996/97. L'offre atteindra en janvier 130 millions d'unités pour une consommation de niveau équivalent. La consommation durant Ramadan subira une augmentation de près de 32%.
    · Les viandes: La production de viandes rouges en 1997/98 par rapport à 1996/97 enregistrerait une hausse de 6% pour la viande bovine et de 4% pour la viande ovine. Durant Ramadan, les viandes bovines verront leur consommation enregistrer une hausse de 22,80% par rapport au mois précédent. A l'inverse, la consommation de viandes ovines subira une régression de 10,3% par rapport à décembre et ce, "en raison d'une éventuelle rétention du cheptel suite aux dernières précipitations", expliquent les analystes. Aussi s'attendent-ils à des fluctuations de prix plus ou moins importantes. La consommation de viandes blanches durant Ramadan restera la même que celle du mois précédent.

    · Les dattes: La production pour la campagne 1996/97 est évaluée à 110.000 tonnes, en augmentation de 37,50% par rapport à la campagne précédente (80.000 tonnes). Avec en prime, une amélioration de la qualité, particulièrement pour les dattes de "qualité supérieure" (32% du tonnage produit). Les dattes de "qualité intermédiaire et moyenne à médiocre" représentent respectivement 35% et 33%. Les besoins du pays seront satisfaits durant Ramadan, assurent les analystes et ce, d'autant plus que la période de production a pratiquement coïncidé avec ce mois.

    Meriem OUDGHIRI

    (1) Cf L'Economiste du 4 décembre 1997.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc