×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

"Un bosseur tenace" à la tête de l'OTAN

Par L'Economiste | Edition N°:568 Le 09/08/1999 | Partager

· Jugé peu "charismatique", George Robertson a pu décrocher une place de choix


"Je suis un Ecossais obstiné". Droit comme un "I" dans son costume rayé bleu marine, George Robertson savoure sa nomination à la tête de l'OTAN. Face à la presse, le successeur de Javier Solana affiche un moral d'acier. Il tient sa revanche sur une presse britannique qui souvent l'a jugé peu charismatique pour la fonction dont Tony Blair lui avait confié la responsabilité.
Elu député pour la première fois en mai 1978, Robertson a toujours représenté l'aile droite du parti travailliste. Longtemps en charge des Affaires Ecossaises au sein du parti, Robertson n'avait pas réussi, en dix-huit ans de militantisme, à se faire une place de choix. Il aura donc fallu attendre avril 1997 et le succès sans précédent des travaillistes pour voir ce "bosseur tenace", selon ses proches, accéder enfin aux vraies responsabilités. Tony Blair, dès son élection, le nomme ministre de la Défense. Un poste qui lui convient parfaitement, même si certains à Westminster prétendent qu'il rêvait de devenir le premier "Premier ministre" de l'Ecosse autonome.

Reste que depuis son entrée en fonction au Ministère de la Défense, ce fils et petit fils de policier a été de tous les conflits, des bombardements américano-britanniques sur Bagdad l'an dernier à la toute récente guerre du Kosovo. Au point de devenir un des piliers du gouvernement. Chaque jour, durant la guerre du Kosovo, il est apparu sur le petit écran pour une conférence de presse retransmise en direct. Et chaque jour, Robertson a martelé le bien-fondé des bombardements de l'OTAN et l'excellence des relations américano-anglaises. Même les bourdes répétées de l'OTAN n'ont pas réussi à le faire fléchir. C'est cette obstination, parfois doublée d'excès de langage remarqués contre les dirigeants serbes et le "diable" Milosevic, qui est aujourd'hui récompensée. "J'ai l'honneur d'occuper aujourd'hui l'un des postes les plus importants dans le monde", a-t-il déclaré dès l'annonce de sa nomination.

Nathalie CHIESA
Syndication L'Economiste-Libération (France)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc